Richard et l’Open Source…

rms-bwConnaissez-vous cette personne ?

Il s’agit de Richard Stallman, l’initiateur du mouvement du logiciel libre (le mouvement gnu  fête ses 30 ans cette année).

J’utilise cette photo de Richard Stallman dans une présentation que j’ai donnée à plusieurs occasions (AgileTour Brussels, Open World Forum, French Scrum User Group…). Cette présentation est intitulée : « The Agile and Open Source Way« .

Lorsque l’image de Richard Stallman s’affiche, je demande aux participants si ils connaissent cette personne. En fonction de l’auditoire, le nombre de mains levées est variable. J’explique alors pourquoi Richard Stallman n’apprécierait probablement pas d’être associé à une présentation parlant « Open Source » et j’encourage les participants à lire l’excellent article : « Why Open Source misses the point of Free Software » ou en français : « Pourquoi l’« open source » passe à coté du problème que soulève le logiciel libre« . Pour résumer, on pourrait dire que l’Open Source s’intéresse aux avantages pratiques que procure les 4 libertés (qualité, fiabilité, performance…), en mettant de coté les valeurs morales du logiciel libre.

J’utilise cela pour établir un parallèle avec ce qui se produit depuis la publication du manifeste agile en 2001. Certains s’intéressent aux valeurs et principes du manifeste agile, d’autres à certaines pratiques des méthodes agiles, permettant la satisfaction des utilisateurs, une meilleure qualité, une meilleure prédictibilité…

La différence que l’on pourrait faire entre « Faire de l’agile » et « Être agile ».

 

Merci à Pascal de m’avoir fait remarquer que la présentation publiée ne permettait pas de comprendre cela et nécessitait une clarification sur les intentions.

French Scrum User Group @Google

french-sugLa dernière soirée organisée par le French Scrum User Group s’est déroulée le 4 novembre 2013 dans les locaux de Google à Paris.

Le programme de cette nouvelle soirée était très varié avec entre autres : culture waterfall dans scrum, lean startup, kanban à grande échelle et un atelier de dessin.

J’ai présenté pour ma part une nouvelle version de « The Agile and Open Source Way » qui donne des pistes pour produire des logiciels de qualité avec de multiples équipes distribuées. La source d’inspiration est le projet Openstack et comment eNovance, société experte du Cloud, intervient sur ce projet.

The Agile and Open Source Way

agiletourSpeakingAtJe donnerai le 27 septembre, à l’occasion de l’édition 2013 de AgileTour Brussels une conférence intitulée : The Agile and Open Source Way.

Le pitch de cette conférence en anglais est :

The Agile and Open Source Way is the conference for everyone who wants to scale agile in multiple distributed teams. This session will also help you to collaborate upstream with Open Source projects. 

Whether you want to improve interactions with other teams inside or outside your company, or just interested in scaling from more than one team, you will find in this session the information you need, illustrated by a real case.

Ce qui revient à dire que cette conférence est destiné à ceux qui veulent être agile à grande échelle avec plusieurs équipes distribuées. Cette session abordera aussi la collaboration à des projets de logiciel libre ou Open Source. Que vous souhaitiez améliorer vos interactions avec d’autres équipes à l’intérieur ou à l’extérieur de votre entreprise, ou êtes juste intéressé par l’agilité au delà d’une équipe, vous trouverez les informations dont vous avez besoin, et ceci illustré par un cas réel.

J’ajoute une question pour les lecteurs de ceci : Quels sont les points que vous aimeriez voir traités lors de cette conférence ?

Pour répondre : mail, twitter ou les commentaires de ce billet !

A question to readers: What are the topics that must be addressed during this conference?

Communautés et Organisations

Bénédicte Taillebois, Luc Bizeul, Sébastien Douche, Frédéric Freiss et Jean-Michel Huten étaient à La Cantine ce mercredi 15 septembre pour la répétition de la conférence « Comment les entreprises bénéficient-elles des communautés ? » qui se déroulera le 1er octobre de 11h à 12h30 durant l’OpenWorldForum.

Je les remercie chaleureusement pour leurs contributions à cette session d’entrainement dont je suis ressorti enthousiaste. Je peux à présent vous assurer que cette session sera d’un très bon niveau et que les participants (vous donc 🙂 ) retireront un grand bénéfice de cette session pour améliorer leurs organisations.

Generali, Astria, Securactive, Conseil… Issus d’entreprises très différentes par la taille et les prestations fournies et avec des parcours très différents par la formation et l’expérience, Bénédicte, Frédéric, Jean-Michel, Luc et Sébastien apporteront des réponses et des éclairages à de nombreuses questions en rapport avec les communautés et les organisations comme par exemple :

  • Qu’est-ce qu’une communauté pour une entreprise ?
  • Quelles approches pour développer les interactions au delà d’un groupe réduit ?
  • Comment réussir à impliquer les utilisateurs dans le développement d’un produit ?
  • Comment bâtir une organisation qui s’améliore continuellement ?

Et bien sur vos questions, puisque nous avons prévu de réserver 30 minutes pour les échanges avec la salle.

Les intervenants iront au delà des mots valises pour vous transmettre ce qu’ils ont appris et mis en oeuvre dans leurs organisations.

L’inscription est nécessaire pour participer à cette conférence. Je vous remercie après votre inscription à l’OpenWorldForum, de renseigner votre parcours de visite en indiquant votre participation à cette session « Comment les entreprises bénéficient-elles des communautés ? ».

Pour vous inscrire

Cette session se déroulera en Français.

Et pour trouver cette article, vous aurez peut-être besoin de ces mots clés dont je n’ai pas parlé comme : communauté, logiciel libre, open source, facilitation, coach, agile, agilité, scrum, lean, kanban, usabilité, ergonomie…

A lire également :

La présentation de la conférence sur ayeba.fr

Logiciel libre

En quelques mots aujourd’hui pour :

  1. vous inviter à noter dans vos agendas que le Salon Solutions Linux se tiendra à la porte de Versailles du 16 au 18 mars, je vous souhaite nombreux pour la conférence Administration et Libre le 17 mars à 9h00,
  2. vous encourager à réagir à l’article de Nicolas Brunot qui argumente ici en faveur du logiciel libre pour son premier article chez ayeba
  3. vous suggérer de soumettre des propositions (ou d’encourager les personnes qui « devraient » le faire) pour contribuer à l’Open World Forum les 30 septembre et 1er octobre 2010 à Paris. Attention l’appel à proposition est ouvert jusqu’au 30 mars !

Accès aux données publiques

La première fois que j’ai vu Hans Rossling dévoiler des statistiques extraordinaires lors d’une session TED, je me suis dit que « nous » tenions une démonstration de l’intérêt de donner accès aux données publiques afin que « nous » puissions tous les utiliser.

Depuis, les choses ont évoluées et de nombreux pays ont fait de la transparence des actions de l’administration par la publication des données un élément important de leur action comme au Canada par exemple avec le programme de  divulgation proactive par exemple.

Ce ne sont bien sur pas les seules données publiques et de nombreuses données statistiques ou informatives produites par le service public au sens large peuvent être utilisées à diverses fins. De nombreuses initiatives réclament l’ouverture des données arguants que leur représentation par chaque département du service public coutent cher et n’est pas nécessairement pertinente (difficulté de représentation de données Etat, hoptiaux, collectivité sur un même fond de carte par exemple).

A lire par exemple cet article plaidant pour l’ouverture large des données public aux Etats-Unis : Data expert to feds: Open wide or fail et bien sur l’article sur le blog de la maison blanche de l’Open Governement Initiative.

Tout cela pour vous encourager à participer au barcamp qui se tiendra le 12 décembre 2009 à La Cantine : OpenDataCamp

L’informatisation croissante de la société entraîne de profonds changements : tous les services, toutes les décisions se fondent désormais sur des données numériques et en génèrent de nouvelles. Le fonctionnement quotidien des organisations, les échanges entre elles et avec leurs usagers ou clients, engendrent des masses considérables de données informatisées. Les entreprises ont vite appris à s’en servir, en interne comme avec leurs partenaires, mais les acteurs publics tels que les collectivités locales, l’Etat ou les organismes sociaux sont moins avancés. Pourtant les données qu’ils gèrent au quotidien représentent un formidable gisement de connaissance et d’innovation qui pourrait bénéficier à la collectivité au nom de laquelle elles sont produites.
L’Europe et la France ont inscrit dans le droit la possibilité d’accès et de réutilisation des données publiques. Dans le monde, plusieurs gouvernements et métropoles « libérent » leurs données pour favoriser l’émergence de nouveaux services et enrichir le débat démocratique. Le plan « France numérique 2012 » et le volet numérique du « Plan de relance » prévoient des actions en faveur de l’accès aux données publiques. Pourtant, sur le terrain, la situation apparaît bloquée. Les données demeurent inaccessibles, ou alors d’une manière parcellaire et souvent coûteuse. Or il y a là un véritable potentiel d’innovation facilement mobilisable.

Au programme et pour construire cette démonstration :

  • des retours d’expérience sur la mise à disposition et la réutilisation de données publiques, en France, en Europe, aux Etats-Unis,

  • des innovations (de service, d’usage, de processus…) directement dérivées de la diffusion des données d’acteurs publics et privés,

  • des mises en perspectives sur les impacts (juridiques, sociologiques, économiques, etc.) de cette ouverture des données.

Solutions Linux 2010

image001Aujourd’hui se réunissait le comité de programme en vue de la préparation du salon Solutions Linux les 16, 17 et 18 mars 2010. 128 propositions d’interventions pour venir nourrir le programme de formations et de conférences se déroulant sur le salon.

D’excellentes propositions pour la conférence Administration et Libre que j’ai le plaisir d’animer cette année encore ! Pas si simple de faire le choix de se séparer de certains sujets afin de tenir dans un créneau horaire de 3 heures…

Quelques demandes de précisions, et quelques discussions avec les autres membres du comité de programme et nous serons prêt à faire l’annonce du programme ! Encore un peu de patience, ce sera le 15 décembre !

Colibri ou CoLLibri ?

Le lancement de coLLibri se déroulait le 20 octobre 2009 à La Cantine Numérique. L’objectif de la communauté coLLibri est de faire se rencontrer les acteurs du logiciel libre et ceux du web 2.0 afin de favoriser l’émergence de projets communs.

Open Innovation, coopération, intelligence collective, réseaux sociaux, nouveaux modèles économiques… et bien sur financement des projets seront autant de thèmes d’intérêts à partager entre les membres de cette communauté issue du pole de compétitivité Cap Digital.

Rejoignez coLLibri sur : http://collibri.org

Appel à communication pour Solutions Linux 2010

image001Une conférence gratuite « L’administration et le libre » est proposée lors de la prochaine édition du salon Solutions Linux qui se déroulera du 16 au 18 mars 2010.

L’appel à communication est publié et vous avez jusqu’au 6 novembre pour proposer vos interventions

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les billets relatants les éditions précédentes : 2009, 2008, 2007

La France est parmi les pays européens celui qui utilise et développe le plus les logiciels libres pour les besoins de service public. En continuité des conférences administration électronique libre à Solutions Linux, cette session veut présenter les chantiers et les enjeux de l’utilisation des logiciels libres et des formats ouverts dans le service public. Vous avez déployé des logiciels libres dans un service public, vous développez un logiciel libre qui pourrait y être utile, vous mutualisez etc… apportez votre contribution !

Le facteur humain… coeur de l’Industrie du logiciel libre

OWF 2009

Paris, le 2 octobre 2009, dans le cadre du forum mondial du libre (Open World Forum) se tiendra la conférence : « Le facteur humain… coeur de l’Industrie du logiciel libre. »

Comment la dimension humaine collaborative et le mode de croissance organique du Logiciel Libre peuvent transformer en profondeur le monde économique et avoir un impact sociétal tangible.

Dans une période où l’importance des enjeux humains et le besoin d’énergie collaborative, n’ont jamais été si présents dans le monde économique, cette conférence donnera la parole à des représentants de projets pionniers et emblématiques, en lien avec la sphère du Logiciel Libre, qui doivent leurs succès à de nouveaux modes de collaboration. Ils partageront leurs expériences, leurs analyses et leurs initiatives pour : illustrer le rôle prépondérant du facteur humain et de l’intelligence collective dans l’industrie du Logiciel Libre, et comment cette dynamique s’étend à d’autres approches de construction collaborative. Cette conférence propose de prendre la mesure de l’apport du modèle organique open source pour faire émerger un nouveau mode cellulaire d’organisation des entreprises, diffuser et démultiplier cet état d’esprit dans les autres secteurs de la société.

14.00 – Alexis Monville (ayeba) – Introduction – C’est déjà Deming ?
14.15 – Jean-François Noubel (The Transitioner.org) – Collective Intelligence
14.30 – Luis Suarez Potts (Sun Microsystems) – OpenOffice.org community
14.45 – Florence Devouard (Consultant) – Wikimedia Foundation
15.00 – Marie Vorgan le Barzic (Silicon Sentier) – La Cantine Numérique
15.15 – Roundtable discussion – Enterprises and open communities:

  • Xavier Boileau (Generali),
  • Olivier Maurel (Danone),
  • Alain Raynaud (Founder Institute),
  • Olivier Réaud (In Principo),
  • Jim Zemlin (The Linux foundation)

15.45 – Juliette Compagnion, Laurent Bouffies – Appel à contribution de la Fondation umana æ

Cette conférence s’adresse aux décideurs, aux managers, aux acteurs des entreprises, organisations, services publics qui souhaitent évoluer vers de nouveaux modèles inspirés de ceux qui ont fait le succès des logiciels libres.