Conseil et numérique

Quelques réactions à mon article sur la place de l’innovation numérique au sein des Cabinets de conseil, m’encouragent à ajouter cette suite. Ces réactions viennent principalement de Cabinets qui ne travaillent pas au quotidien avec moi, je les ordonne du moins visible pour le client, au plus visible.

L’apport majeur de ces dix dernières années est, selon un associé, la gestion des connaissances (knowledge management) qui permet d’être intelligent sur un sujet en 2 heures, en se basant autant sur des études externes – analystes et autres – que sur une connaissance des missions réalisées.

La mobilité est aussi un paramètre qui a changé le métier, au lieu de travailler 12 à 14 heures par jour au bureau, il travaille plutôt 18 heures par jour de n’importe où… Mon commentaire un peu acide sur ce point est lorsque l’on ne sait pas augmenter la productivité, il suffit d’augmenter le nombre d’heures travaillées…

Ce qui commence vraiment à m’étonner, c’est l’utilisation d’outils de modélisation, avec un langage standard, pour faciliter le dialogue avec les métiers, toujours dans cet objectif, l’utilisation de maquettage construit directement avec les utilisateurs, certains utilisent pour cela leur fidèle powerpoint, d’autres construisent cela avec des outils plus élaborés liés aux outils de modélisation, allant jusqu’à l’utilisation de méthodes de développement rapide à base de prototypages successifs.

La dernière contribution est celle d’une petite société m’annonçant fièrement qu’elle utilise les outils du web 2.0 principalement pour favoriser l’adhésion des utilisateurs aux processus de changements.

Une situation très inégale donc… méritant une position plus nuancée !