Catégories
Général

Entretien pour #hypertextual

J’ai eu le plaisir de répondre aux excellentes questions de Cecil Dijoux pour un long entretien pour #hypertextual.

Quelques-unes des questions qu’il m’a posées :

  • Tu as un parcours assez particulier. Tu as commencé ta carrière dans le monde de l’industrie automobile. Dans quelle mesure avoir exercé dans cette industrie contribue à la singularité de ton regard au sein de la communauté agile ?
  • Ton ouvrage propose une perspective assez surprenante et très pertinente : le travail en équipe commence par un travail sur soi. Pourquoi penses-tu qu’il est essentiel de démarrer par ce travail introspectif ?
  • Comment expliques-tu la très grande popularité de l’agilité dans les entreprises aujourd’hui alors qu’il y a 10 d’années, lorsque nous nous sommes rencontrés, ces mêmes organisations jugeaient cela inapplicables et non pertinent ? Que s’est-il passé selon toi pour obtenir un tel revirement de perspective ?
  • À ce sujet dans ton livre on retrouve très peu de références directes à l’agilité et je ne suis même pas sûr que tu emploies le terme. Il s’agit d’un partie pris rédactionnel important. Quelles raisons expliquent cette absence très visible pour le coup ?
  • Tu proposes toujours des principes basés sur la proximité, et une vision organisée autour de l’équipe. Quel regard portes-tu sur le très gros succès aujourd’hui de SAFe et de cette déclinaison complexe et organisationnelle de l’entreprise agile ?
  • Ton livre est un excellent guide pour développer une meilleure collaboration au sein de l’équipe. Que réponds-tu aux personnes qui reprochent aux agilistes de ne voir l’opérationnel qu’au travers le prisme de l’équipe en oubliant parfois le client ?
  • Que penses-tu des approches de collaboration asynchrone pour les équipes distribuées qui travaille beaucoup par écrit et moins en présentiel (exemple de start-up telles que Basecamp ou WordPress) ? Es-tu parvenu à mettre en oeuvre ces pratiques avec ce type d’équipes qui ne sont pas co-localisées ?
  • Dans les organisations dans lesquelles on met en place l’agilité et donc les valeurs « équipe » et « communauté » les managers ont parfois du mal à se situer et trouver leur rôle. Comment les accompagnes-tu à ce sujet ?
  • Tu parles aussi beaucoup de la nécessité de créer les conditions de l’auto-organisation. Je partage tout à fait ce point là. Si je suis manager, je commence par quoi lundi pour commencer à créer ces conditions ?
  • Tu évoques dans le livre la notion de Growth Mindset de Carol Dweck. Comment fais-tu pour recruter des personnes ayant cet état d’esprit ? Quelle nature de questions leur poses-tu pour identifier cette prédisposition ?
  • Après le formidable succès de l’agilité qui est mis en oeuvre dans un grand nombre d’organisations, le retour de bâton est inévitable. En effet, de nombreuses implémentation n’apportent pas les résultats attendus (bien souvent pour des raisons évidentes de manque de constance aux quotidien aux valeurs et principes) et on commence à parler de « l’après-agile ». Quel sera-t-il selon toi ?

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur #hypertextual. Avide de vos retours par les voies habituelles : email, Twitter, Linkedin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.