le-loup-de-wall-street-the-wolf-of-wall-street-25-12-2013-6-g

Vends moi ce stylo

L’image d’illustration de cet article est tirée du Loup de Wall Street. Je ne suis pas un grand fan de ce film. J’imagine que le message du film pouvait passer sans nécessiter de recourir à des scènes d’orgies, mais je me trompe peut-être.

L’objet de l’article n’est pas de faire une critique du film, mais de vous parler de l’élastique qui m’a rappelé une scène d’un entretien de recrutement que j’avais passé il y a très longtemps pour intégrer une société de services en ingénierie informatique, une SSII…

La scène en question : Mon interlocuteur me demande de lui vendre mon téléphone portable (alors que lui même avait posé sur la table son téléphone dernier cri…). A l’époque, j’ai du avoir l’air à peu près aussi ridicule que les personnes essayant de vendre un stylo à Jordan Belfort (Léonardo Di Caprio dans le film) lors de son séminaire pour doper les vendeurs…

Ce rappel m’a fait entrevoir une autre similitude entre les SSII et les brokers décrit dans le film… Dans la scène, d’ou est tirée l’illustration de l’article, et que j’ai intégré ci-dessous, l’ancien explique au nouveau le fonctionnement de leur métier en lui indiquant qu’ils sont là pour vendre et toucher leur commission pas pour faire gagner de l’argent à leur client, car personne ne sait si les actions vont monter, stagner ou descendre, la seule chose certaine est qu’ils vont toucher leur commission à chaque transaction.

Et bien, je crois que c’est exactement la même chose pour les prestations des SSII, la grande majorité des prestations sont réalisées en mode régie. Une personne est placée chez un client sur la base de son CV et d’un entretien pour répondre à un besoin, pour résoudre un problème. Le CV est « amélioré » pour répondre parfaitement à la demande du client, la personne est « préparée » pour l’entretien. Comme pour les actions, personne ne sait si la personne va résoudre le problème, la seule chose certaine est que le commercial de la SSII touchera sa commission si l’opération se fait.

Bien sur, le parallèle ne peut aller beaucoup plus loin, car on voit bien si la personne va résoudre le problème ou pas… En fait, c’est comme pour les actions, il faudra avoir une bonne explication pour justifier que cela ne se passe pas comme prévu et pour vendre la suite, mais cela peut marcher… Et d’ailleurs ça marche… La vente d’actions se poursuit… Et la majorité des prestations se déroulent sous forme de régie…

Un avis la dessus ?

 

 

mixit-banner

Développer des produits avec des équipes distribuées

Après la conférence que j’ai donné le 10 avril pour le ScrumDay, je suis en train de préparer celle que je donnerais lors de Mix-IT le 30 avril 2014.

Le résumé de la session est assez similaire entre les deux, voici celui du ScrumDay :

De nos jours, presque tout le monde sait faire grandir une infrastructure de machines en mode distribué, avec une très bonnes communication entre elles, et en évitant les points uniques de défaillance (c’est une traduction de SPOF, single point of failure). En y réfléchissant, des serveurs distribués à travers le monde ne sont pas si différents que des équipes distribuées, elles ont besoin de connexion et de synchronisation…

Vraiment ?

Nous sommes des humains … pas des machines …

Dans cette session, nous allons voir comment eNovance, une société qui conçoit des produits destinés à bâtir des infrastructures informatiques, d’ou le pitch initial… Nous allons donc voir comment eNovance a fait grandir son équipe de développement produits en mode distribué en suivant les valeurs et principes Agile. Cette session expliquera comment nous nous appuyons sur nos Product Owner pour guider nos contributions à des logiciels libres constitutifs de nos produits. Nous verrons par exemple comment nous planifions nos itérations en suivant le rythme donné par le projet Openstack. Nous verrons également comment nous organisons nos scrums, sprint planning, sprint review et retrospectives en nous adaptant à des équipiers positionnés sur différents fuseaux horaires.

La session présentera le mode de fonctionnement d’un projet open source emblématique : Openstack. Ainsi que la façon de contribuer de l’équipe eNovance.

La différence entre les sessions va se jouer sur plusieurs aspects :

  • l’expérience acquise par la première présentation,
  • les retours et les questions des participants,
  • les questions posées par un des organisateurs de Mix-IT qui vont orienter la présentation sur des aspects différents.

Franck Depierre, l’organisateur qui a posé ces questions stimulantes, m’a demandé de préciser certains points. Les questions sont en gras :

  • Pourquoi faudrait-il avoir toutes les équipes distribuées qui travaillent ensemble ?
    Ce sont les membres des équipes qui sont distribués à travers le monde. Pour une équipe qui développe un produit, les équipiers sont répartis entre les bureaux de Bangalore, Paris, Montreal et San Francisco, de plus certains équipiers travaillent de chez eux (Hambourg, Dallas, San Francisco, New-York, Bordeaux, Toulouse…). Les équipes sont composées de personnes ayant les compétences nécessaires pour développer le produit, leur localisation n’est pas un critère de choix.
  • N’est-il pas plus simple de faire l’intégration sans avoir de communication entre équipe ?
    Nous préférons une approche ou l’équipe livre un produit déployable. Les produits sont modulaires et combinables entre eux : une infrastructure cloud de base peut être associée à l’usine de développement logiciel par exemple.
  • A qui est destiné cette session ?
    A des agents de changement dans l’organisation, à ceux qui, dans le flux de développement d’un produit, s’intéresse à faire évoluer l’organisation de leurs équipes.
  • On a l’impression que tout est bien dans le meilleur des mondes. Quels sont les freins, les problèmes qu’il faut identifier ? Est-ce uniquement un pb de product owner ? Ne pourrais-tu pas donner des recommendations pour tout les profils de l’organisation ?
    Tout est encore loin d’être bien dans le meilleur des mondes… La distance créée de nombreux problèmes que nous n’aurions pas avec une équipe colocalisée et des communications face à face (on s’en doute)… Je compte évidement aborder ces difficultés et les solutions que nous avons identifiées pour l’instant.
  • Est-ce qu’un coach ou facilitateur aide à ce mode de travail ? Si oui, est-ce que le coach doit être unique et intervenir sur tous les sites ? Est-ce qu’il faut monter une équipe de coaches ? Quelles sont les réunions à mettre en place ? Sur quel cycle répétitif, basé sur Scrum ?
    C’est mon role dans l’organisation. Nous formons progressivement une équipe de personnes intéressées qui diffusent dans leurs équipes la culture agile et open source de l’entreprise. Et oui, avec une approche itérative :)
  • Comment justifier que les équipes distribuées sont plus viables que les colocalisées ?
    Les équipes distribuées permettent de regrouper des personnes compétentes sur un produit sans avoir besoin de leur imposer une localisation… Dans l’idéal, je préférerais que toutes les personnes puissent travailler dans la même pièce.

Il me reste une semaine pour revoir la session afin de maximiser la valeur des messages à transmettre ! Vous pouvez également me poser des questions via Twitter, en commentaire de ce billet ou par mail pour que je les prenne en compte dans ma préparation.

Pour en savoir plus sur cette édition de Mix-IT 2014, consultez les actualités et particulièrement les articles présentant le programme.

 

cargocult1

Cargo Cult

Cargo Culte est une chanson de Serge Gainsbourg que je vous propose d’écouter en fond sonore de cet article.

Le Culte du Cargo est un ensemble de rite pratiqué dans les iles de Mélanésie visant à imiter les pratiques des colons occidentaux en espérant les mêmes effets. Par exemple, construire des avions en bois, des tours de contrôle, des opérateurs radios pour espérer recevoir du ravitaillement par avion comme cela se passait lorsque des militaires occupaient le lieu durant la seconde guerre mondiale.

La question se pose alors, ne sommes-nous pas nous même conduits à reproduire par mimétisme des pratiques vues ailleurs en espérant les mêmes effets… sans vraiment comprendre le sens de ces pratiques.

La référence au culte du cargo reparait régulièrement lors de l’introduction des méthodes agiles dans les organisations. Il faut dire que certains reproduisent les cérémonies : daily scrum, sprint planning, revue… sans en avoir compris leur utilité…

Voir également, le discours de Feynman Cargo Cult Science mettant en garde contre la science approximative.

2014-03-22 18.22.32

En bande organisée

En bande organisée est un roman de Flore Vasseur qui raconte les errances de 7 amis sur fond de crise financière européenne.

Conseillers politique, banquiers, journalistes, ils savent, cachent, découvrent comment l’euro se construit sur des petits arrangements bien pratique pour satisfaire aux critères initialement définis.

Basé sur des faits réels, le roman inclus des QRCode permettant d’accéder aux références directement. Vous pouvez consulter ces références directement depuis cette page.

 

 

title_page

Coaching Agile

title_pageCoaching Agile, le livre de référence de Rachel Davies et Liz Sedley est enfin traduit en français grace à Fabrice Aimetti.

Fabrice est connu pour ses nombreuses traductions d’articles et d’ouvrages traitant du coaching, des méthodes agiles, du lean et plus généralement de ce qui touche aux organisations et aux personnes.

Coaching Agile présente les outils vous permettant de vous développer et de développer votre équipe.

Le livre comporte des sections spécifiques dédiés au développement logiciel, même si les autres aspects abordés peuvent s’appliquer à des équipes en général.

Coaching Agile est disponible sur Leanpub.com en version numérique et sur Lulu.com en version papier.

Soutenez le développement du logiciel libre


Priorité au Logiciel Libre! Je soutiens l'April.
En lisant ce billet, vous pouvez être dans plusieurs situations :

  • Vous connaissez le logiciel libre, vous en utilisez, et vous ne voyez pas pourquoi il est nécessaire de le soutenir,
  • Vous connaissez le logiciel libre, mais ne voyez pas pourquoi il est nécessaire d’agir pour le promouvoir et parfois pour le défendre,
  • Vous ne connaissez par le logiciel libre, et donc…

Dans tous les cas, je vous invite à essayer d’en savoir plus, et à découvrir pourquoi il est indispensable de soutenir le logiciel libre et pourquoi je vous invite à soutenir l’April.

Ou bien :

  • Vous connaissez le logiciel libre, vous en utilisez et vous soutenez déjà l’april,
  • Ou dans une autre situation, mais vous avez compris mon intention n’est-ce pas ?

 

 

500_Euro_Banknoten

Création monétaire

Suite à une discussion sur les différentes façon de financer le revenu de base (que j’ai abordé à plusieurs reprises sur ce blog), nous en sommes venu à parler de la façon de créer de la monnaie aujourd’hui.

La monnaie est de nos jours créée par jeu d’écriture entre les banques et les emprunteurs, la création de monnaie se fait sous forme de dette, le remboursement détruit de la monnaie.

Les Etats ne peuvent pas créer de monnaie sans s’endetter sur le marché bancaire. Il est souvent fait référence à la loi de 1973 clarifiant la relation entre l’Etat et la Banque de France pour expliquer cela.

Autoriser les Etats à emprunter sans intérêt directement auprès de la banque centrale afin que leur besoin en finances ne s’assortissent pas d’un poids d’intérêt complémentaire aurait un effet intéressant sur l’assainissement de nos finances publiques (en 2011 la France avait une dette de 1700 milliards d’euros… et avait en 40 ans payé 1400 milliards d’intérêts).

La création monétaire est synonyme d’inflation (l’élément unitaire de monnaie vaut moins si il y a plus de monnaie en circulation) les intérêts que payent les états lorsqu’ils empruntent protègent de l’inflation ceux qui disposent de capitaux initialement.

A la vue de l’accumulation de richesse qui s’est produite depuis que ce système est en place, on ne peut que constater son efficacité. L’accroissement rapide des inégalités qui l’accompagne, risque de conduire à une explosion du système. Le fait que les plus riches soient plus riches ne rend pas les plus pauvres moins pauvres comme il a été dit de nombreuses fois, lorsque l’on a progressivement plafonné ou supprimé les impôts pour les plus riches.

Utiliser la création monétaire pour financer une part du revenu de vie permettrait de mettre en circulation la nouvelle monnaie créée directement dans les mains des Européens.

L’effet de circulation de cette nouvelle monnaie serait probablement libérateur de beaucoup d’énergie.

Pour en savoir plus, l’article de Wikipedia sur la Création Monétaire peut-être une première base de lecture.

cropped-kanban-mai

Pédagogie agile

Une petite note pour présenter en une vidéo et un lien, l’approche de pédagogie agile proposée par Christian den Hartigh.

Vous pouvez lire les articles de son blog ici : http://pedagogieagile.com/
Vous découvrirez ainsi comment il met en oeuvre un kanban avec ses élèves, alterne l’apprentissage individuel et l’apprentissage en groupe, et bien d’autres choses…

Agile et Kanban from christiandh on Vimeo.

Christian était en visite ces deux derniers jours chez eNovance… Et je suis impatient de constater l’impact qu’aura eu cette visite autant pour lui que pour les personnes d’eNovance !

 créatif    agile    ouvert