Matt-360-Colwell

Un test à 360°

J’étudie actuellement les solutions gravitant autour de l’analyse et du développement des compétences. C’est ainsi que je suis tombé sur la solution SurveyReport. La vidéo de présentation de la solution étant attrayante et montrant que celle-ci couvrait un aspect m’intéressant particulièrement : l’évaluation par les pairs. Je décide de passer au test.

Mon intention était d’envoyer le questionnaire à un de mes contacts pour que celui-ci me livre ses impressions sur le questionnaire, les questions posées etc…

Une mauvaise manipulation (oui… je suis très tenté de mettre la responsabilité de cela sur l’interface ;) ) a fait que j’ai envoyé le questionnaire avec le message par défaut « Corporate Survey » à plus de 1000 de mes contacts.

Ceci a provoqué plusieurs effets intéressants.

Tout d’abord, j’ai obtenu de nombreuses réponses et je vais pouvoir profiter de ces réponses pour en déduire des actions d’amélioration. Un grand merci à tous ceux qui ont répondu !

Ensuite, j’ai eu de nombreuses sollicitations de la part de contacts qui ont clairement associé le questionnement sur les compétences et une évolution professionnelle imminente. Un grand merci également pour leur support !

Sans entrer dans le détail de ce test, cela pourrait être une bonne idée de réaliser ce type de test ponctuellement dans une phase d’initiation d’un travail plus approfondi avec une équipe. Mais ce que je recherche devrait offrir des possibilités d’interaction plus régulières.

A suivre donc !

 

 

 

Il est possible que vous vous demandiez : « mais pourquoi cette image ? »… Alors c’est que vous ne connaissez pas 360 :)

 

tesla-roadster-model-s

Open Innovation

Ce 12 juin 2014, une annonce d’Elon Musk, le CEO de Tesla Motors, est venue secouer l’écosystème automobile.

L’annonce titrée : All Our Patent Are Belong To You, déclarait que toute la technologie développée et brevetée par Tesla,  était à présent disponible pour qui voudrait l’utiliser, de bonne foie, dans l’esprit des projets Open Source.

Je n’ai pas encore vu si cette annonce allait être suivi d’une ouverture plus forte des travaux de Tesla, avec peut-être des possibilités de contributions d’autres acteurs du domaine, sur une plate-forme ouverte, avec la mise en place de licence Open Source… Mais ce premier pas est déjà énorme.

Cette annonce a reçu une pluie de commentaires positifs et attiré aussi des détracteurs expliquant que l’intérêt de Tesla n’était pas qu’altruiste puisqu’ils tireraient bénéfices de cette ouverture en faisant émerger leurs solutions comme des standards.

J’apprécie évidement que ces commentaires fassent ressortir un des bénéfices d’une approche Open Source. Celui de faire que les contributeurs à une solution, plutôt que de gaspiller de l’énergie à se combattre à coup d’incompatibilités, fassent émerger des standards permettant de mutualiser les ressources.

En tant qu’utilisateur, je serai très heureux de pouvoir brancher mon auto sur n’importe quel système de n’importe quelle marque.

J’en profite pour mettre en avant deux articles, le premier du CEO de Red Hat tirant son chapeau à Tesla, le second dans OpenSource.com revenant sur les réactions variés suite à l’annonce.  Et dans le premier, Jim Whitehurst parle aussi d’eNovance

 

Le choix du titre de l’annonce est plutôt drôle n’est-ce pas ? Si vous vous demandez pourquoi, jetez un oeil à cela : All Your Base Are Belong To Us.

menlo's office space newer

La Joie

jpeg

Douglas McGregor présentait sa théorie Y en explicitant une croyance : « travailler est aussi naturel que jouer ou se reposer ». Richard Sheridan, co-fondateur et CEO de Menlo Innovations, explique que la joie dont il parle dans son livre Joy, Inc. est cette sorte de joie.

Joy, Inc. est le meilleure défenseur du binomage que j’ai lu jusqu’à présent. Par binomage, j’entends 2 personnes qui travaillent assises au même bureau sur le même ordinateur. J’aimerais dire que cette approche a été popularisée par le Pair Programming. Il se trouve que l’efficacité de la plus petite boucle d’apprentissage possible n’a pas la popularité qu’elle devrait avoir. Le paralèlle exposé du binomage dans la chirurgie est intéressant à réutiliser.

Richard Sheridan présente les pratiques à l’oeuvre à Menlo. Les praticiens Agile en reconnaitront certaines, ou découvriront des façons alternatives de mettre en oeuvre des valeurs et principes similaires. Pour donner quelques exemples :

  • Un espace de travail ouvert et reconfigurable facilement permettant au personne de rassembler leurs bureaux lorsqu’elles travaillent ensembles sur le même projet
  • Une réunion quotidienne réunissant l’ensemble de l’entreprise tous les jours à 10h (un cercle de 70 personnes…)
  • Walkies, un rituel pour couper l’après-midi ou l’ensemble de l’entreprise fait une promenade à pied ensemble
  • Show & Tell, la revue d’itération… à l’envers… car c’est le client qui présente à l’équipe ce qui a été réalisé…
  • Un processus d’entretien, de recrutement et d’accueil qui place l’adéquation de la culture en priorité. Il n’y a pas de système de cooptation chez Menlo.
  • Un attachement à la compréhension des objectifs des utilisateurs, avec l’usage des personas… bien avant que l’on en parle dans le logiciel, avec en prime un titre amusant : high tech anthropologists
  • Faire des erreurs rapidement, comme une façon de faire croitre les personnes et les affaires
  • Bébés et enfants au bureau

A leader is best when people barely know he exists. When his work is done, his aim fulfilled, they will say: we did it ourselves. Lao Tzu

  • Une culture pour développer des leaders pas des chefs
  • Le planning en utilisant des cartes proportionnelles à l’effort (et de l’espace pour la semaine proportionnel à la capacité)
  • L’utilisation de couleur pour différentier la maintenance des nouveaux produits
  • L’utilisation du TDD (Test driven development) ou développement piloté par les tests (on code le test avant la fonctionnalité)
  • Livrer un logiciel fonctionnel chaque semaine au client
  • Uniquement des équipes colocalisée, considérant qu’aucune technologie ne peut actuellement remplacer le fait d’être présent
  • Durée et horaire de travail fixe (40 heures par semaine), considérant que le travail flexible ne l’est pas tant que cela et fait déborder le temps de travail au détriment du reste (et donc n’est pas soutenable pour les personnes… et donc pour l’entreprise). Lorsque les personnes sont hors du bureau, elles le sont totalement (ou Menlo trouve un arrangement temporaire pour permettre le travail depuis la maison pour une période spécifique)
  • Importance de connaitre la façon de répéter quelque chose de la même façon (standard, checklist) permettant l’amélioration
  • Responsabilisation (Accountability), en illustrant l’exemple du processus d’estimation, n’incluant aucune peur et de la transparence en interne et en externe
  • Communication alignée entre l’interne et l’externe. Si vous ne pouvez dire la vérité au monde… alors vous devez changer votre culture…
  • 50% de réduction sur les factures en échange d’actions ou de royalties (gros succès enregistré sur ce point)
  • Réduction de 25% pour de la flexibilité sur la date de livraison (inventé durant la récession de 2008)
  • L’impact important de réussir à « terminer » les choses sur le bonheur des employées

Vous comprenez à la lecture de cette liste que je pense que ce livre mérite d’être lu, même si je vais continuer à travailler pour démontrer la valeur des équipes distribuées et du travail asynchrone sur l’efficacité et le bonheur des équipes.


La photo des bureaux de Menlo Innovation illustrant l’article est issue de l’article de J.D. Booth pour Corpmagazine.com

Capture d’écran 2014-06-16 à 15.57.49

Inverser la pyramide

L’intervention de Vineet Nayar (CEO and vice chairman of HCL Technologies) lors des Mix Mashup est passionnante. Il raconte comment HCL est en transformation continue, et comment ils mènent des expérimentations pour permettre à chaque personne de HCL de contribuer à créer un meilleur service.

L’expérience de la transformation du traditionnel 360° en rendant publique et transparente l’évaluation des manager, de la mise en place d’un système de ticket d’incident que les fonctions supports doivent traiter, d’une évaluation du niveau de bonheur à la cloture du ticket, de la création de communauté de passion… etc…

A voir pour l’inspiration !

As the , embarked on a journey to re-imagine and reinvent the nature of power, leadership, and value creation inside a vast organization. Driven by the belief that the traditional management model—built to serve control-obsessed managers rather than to support customer-obsessed employees—was broken, Vineet launched a series of experiments in promoting transparency, opening up the realm of strategy to all employees, and reversing accountability so managers served frontline employees.

BpZIUdKIQAEzYlv

Etre l’entreprise agile de demain

Ce jeudi 5 juin 2014, j’ai donné une conférence sur le thème du management et de l’organisation, lors du ScrumWine hébergé par Lectra.

Pour illustrer mes propos, j’ai utilisé le cas de eNovance une entreprise qui grandi en restant agile.

Les retours sur la conférence étaient excellents et je remercie tout ceux qui se sont manifestés. Je suis très heureux d’être parvenu à faire passé les messages sur l’évolution des modèles de management au 21ème siècle.

Je suis aussi flatté par les retours indiquant que cette conférence mériterait d’être donné sur de plus gros événements, peut-être même en conférence d’ouverture !

Un grand merci à tous !

Merci également à l’équipe Ayeba qui a contribué à préparer cette présentation.

J’inclus dans cet article le support de présentation que j’ai utilisé pour cette session pour permettre à ceux qui y ont assistés de récupérer les références que j’ai proposé.

Le support n’est pas très explicite sans le discours associé.

ploum-mixit14

Et si nous n’étions qu’au début ?

En regardant la conférence d’ouverture donnée par Lionel Dricot lors de Mix-IT 2014, je me suis dit qu’il était dommage qu’il n’ait pas parlé du revenu de base.

En réfléchissant d’avantage, je me dis que le changement de modèle pourrait se faire par la création d’une monnaie parallèle aux monnaies existantes. Et que le BitCoin utilisé comme illustration des changements en cours par Lionel est peut-être plus proche de la réponse que je ne le croyais.

Imaginons une monnaie dont vous recevriez 1000 pièces chaque mois de votre naissance à votre mort. Votre compte serait effacé à votre mort ce qui vous inciterait à utiliser ou à transmettre avant l’heure fatidique plutôt qu’à thésauriser. Il est même probable que la monnaie devrait être fondante pour éviter la thésaurisation.

Imaginons un système de décision d’évolution du système dépendant du nombre de pièces que vous mettriez en jeu (reflétant l’importance du sujet pour vous et votre « utilité sociale » (comme dise les économistes). Les pièces en jeux permettraient de valider et de financer la mise en oeuvre de la décision.

Imaginons une monnaie qui ne serait pas attaché à un pays, à des frontières, mais qui aurait cours dans n’importe quel pays pour n’importe quel usage. Une façon de s’affranchir des frontières, ses lignes invisibles qui séparent les humains, dont savent déjà s’affranchir ceux qui domicilient leurs revenus ici, qui immatriculent leur bateau là, leur avion encore ailleurs et qui ont un passeport diplomatique de cet autre pays pour circuler facilement dans le monde entier.

Et si le Bitcoin, ne servait juste qu’à démontrer la faisabilité de la création d’une monnaie distribuée ?

Cela voudrait dire que l’on peut créer une monnaie valable pour l’humanité, distribuée à tous chaque mois, pour favoriser les échanges entre tous, sans avoir besoin de centralisation.

Comme toutes les innovations, cela serait surement illégal jusqu’à ce que le système antérieur ne fonctionne plus du tout…

Plus besoin de bureau

remoteRemote, Office not required est un livre de Jason Fried, David Heinemeier Hansson les co-fondateurs de 37 Signals (la société qui se nomme Basecamp à présent).

Remote est un plaidoyer pour le télétravail. Il apporte des arguments et des solutions à ceux qui veulent essayer de travailler à distance ou même d’organiser leur entreprise pour qu’elle puisse se passer de bureaux.

Parmi les arguments, on trouvera :

  • Les outils de collaboration et de communication existent depuis longtemps, la mise à jour manquante est l’esprit humain
  • Le travail ne s’effectue pas au travail. Le lieu de travail est devenu un lieu d’interruption perpétuelles au point que lorsque les personnes ont un travail important à faire… Elles le font ailleurs…

Parmi les points à contourner on trouvera une référence à la théorie X et théorie Y de Mc Gregor, soulignant les faiblesses des arguments des opposants au télétravail :

  • Si je ne les vois pas, comment puis-je savoir qu’ils travaillent ?
  • Si je les vois, je peux les contrôler

Cela fait ressortir le besoin de confiance pour pouvoir travailler ensemble et la nécessité de gérer le travail et pas la présence sur les chaises…

L’ouvrage, rédigé sous forme de courts billets, aborde également : les outils, les recommandations pour travailler de la maison, le coworking, l’introduction du télétravail dans une équipe, le rôle des managers, le travail avec des clients à distance, le recrutement, l’accueil des nouveaux arrivants…

Il y a même un chapitre sur les enseignements de l’Open Source, mon sujet de prédilection :)

openstack-summit

Agile et Openstack

Atlanta-How-do-youCe mardi 13 mai 2014, j’ai donné une conférence avec Frédéric Lepied (VP Software Engineering chez eNovance) à l’Openstack Summit qui se tenait ce printemps à Atlanta.

L’objectif de la session était de présenter comment, chez eNovance, nous combinions Agile et Open Source pour faire grandir les équipes et contribuer à Openstack.

are-you-too-busy-to-improve2Pour illustrer les pratiques agiles, j’ai utilisé deux illustrations issues du blog de Hakan Forss dont je vous recommande la lecture. Hakan explique les pratiques et les situations qu’il rencontre en utilisant des briques Lego. L’illustration sur la rétrospective « Too busy to improve » a fait le tour du monde.

Les pratiques agiles misent sur la localisation de l’équipe dans un seul lieu, alors même que les projets open source accueillent des contributeurs de toutes les parties du monde.

De cette contradiction apparente nous avons développé des pratiques dont l’adoption nous semble être une bonne approche pour développer une organisation agile à grande échelle.

Pour ceux qui ont participé aux sessions que j’avais eu le plaisir de donner au Scrumday ou à Mix-IT, le contenu est bien sur très différents puisqu’il n’était pas nécessaire d’expliquer le fonctionnement du projet Openstack.

La vidéo de l’intervention :

 

La photographie d’illustration de l’article est de Cédric Soulas.

4QkLw90fUG8Tpefqs3rlH3JMewxoTL7ISAHj6_wj3Ao

Kanban pour l’IT

Il y a presque 2 ans, j’avais écrit un petit article pour annoncer l’arrivée du livre Kanban pour l’IT de Laurent Morisseau.

Je viens de recevoir la deuxième édition de l’ouvrage (merci @lmorisseau).

Première impression ?

Le livre est 2 fois plus gros !

L’explication de l’auteur est simple, la première édition était pour les coachs, la deuxième édition se veut plus accessible pour tous les membres des équipes.

En feuilletant l’ouvrage, j’ai découvert des chapitres complètement nouveaux concernant l’extension du kanban à d’autres domaines que le développement logiciel.

Je remarque aussi plus d’illustrations et je savoure la préface de Claude Aubry (@claudeaubry).

Bravo !

A lire donc !

 

 

 créatif    agile    ouvert