Tag: lifehacking

Pas Sage en Seine

Pas Sage en Seine

Pas Sage en Seine se tiendra les 17, 18, et 19 juin 2011 à La Cantine, Passage des Panoramas, 75002 Paris.

De nombreux présentations, ateliers, démos… se dérouleront sur ces trois jours dont une conférence sur le lifehacking avec Fabien Benetou, Tangui Morlier, Frédéric Couchet et moi-même !

Rendez-vous vendredi 17 juin de 16h30 à 18h00 à La Cantine !

mise à jour le 18 juin : les présentations sur le site de La Cantine : http://lacantine.ubicast.eu/videos/pses-lifehacking/

Pomodoro Technique

Pomodoro Technique

I will take the next 25 minutes writing this article about the Pomodoro technique.

After a discussion around life hacking tricks (see here in French: http://lifehacking.grassouille.org/) I am trying to adopt the Pomodoro technique.

The method is simple, and the tooling that you will need is basic: a timer, a sheet of paper and a pencil.

It’s a five-step process:

  1. Plan the tasks to do at the beginning of the day
  2. Stick to this during the day during each Pomodoro cycle
  3. Record your daily observations
  4. Convert the raw data in information
  5. Visualize daily information to find improvement areas

Writing this, I can see that step 1 is not a problem (I was already doing this using a mindmap to represent my daily activities). I was also quite good with the step 2 (I will describe the experiment later in the article). Not so good on step 3, and I didn’t start applying the two last steps…

What is a Pomodoro?

A Pomodoro represents 25 minutes of work without any interruption. I can see how I am efficient when I focus on one activity. I am also able to measure how much time it takes to do each activity (It’s easy to count the Pomodoros on the mindmap).

After 25 minutes, 5 minutes break… The first times, it’s too early! And at the same time, it’s terrific! I can adjust my posture, breath, drink a glass of water… From time to time, the temptation to continue to work even if the timer ring is high, so I can understand that some Pomodoro software block the keyboard…

After 4 Pomodoros, the break is longer from 15 to 30 minutes… And it seems long! I tried to reduce this time to 10 minutes… And I have observed that I was not taking enough breaks before being “too” tired or “too” stretched… Significant learning, I need to work on that!

Either for short or long break, it’s difficult to stop and to stop to think about the work we are doing… I also observe that when I can do it, it’s straightforward to get back to the previous activity after the break.

Interruptions

Pomodoros are steps of work without interruption. And it’s hard to stick to that. When the phone ring or when I have a notification on IRC. When the counter of new messages raises suddenly, or if a colleague asks a question. Resisting the temptation is difficult. But when I do it, there’s a lot of benefits. Another improvement topic there.

Benefits

The major advantage is that the focus on a particular task improves my efficiency.

Difficulty

The pressure generated by the timer on the top right of my screen is sometimes quite significant. The pressure increases when I see that the estimates of my work are wrong and that I will not be able to deliver what was planned. Estimates are difficult, a recurring problem to address in another post.

Conclusion

I will stick to that technique and will explore all the steps.

It took me two Pomodoros to write this. Two times the estimates.

Resources :

Header picture is from Ryan McGuire.

Les cartes heuristiques

Les cartes heuristiques

Je demande à Wikipedia un peu d’aide pour commencer cet article : “Une carte heuristique (du grec ancien εὑρίσκω, eurisko, « je trouve » ), également appelée mind map en anglais, carte des idées, schéma de pensée, carte mentale, arbre à idées ou topogramme, est un diagramme qui représente les connexions sémantiques entre différentes idées, les liens hiérarchiques entre différents concepts intellectuels. Au contraire du schéma conceptuel ou de la carte conceptuelle (concept map en anglais), la carte heuristique est le plus souvent une représentation arborescente des données.”

Quels usages ?

J’ai tout d’abord commencé à utiliser ces cartes pour prendre des notes en réunion. L’avantage a été quasiment instantané comparé à la prise de notes chronologique que j’effectuais auparavant, j’étais en mesure de plus rapidement constater l’avancement de la réunion, les points restants à traiter, les points difficiles ou certains ne cessaient de revenir, faire un compte-rendu devenait un exercice plus simple… et surtout, j’étais beaucoup plus attentif !

De cette première utilisation, j’ai ensuite étendu l’usage à la réflexion sur un thème, pour préparer l’écriture d’un document, d’un article, d’un courrier.

De là, je suis passé à l’utilisation de carte projetée sur écran pour animer et prendre des notes en cours de réunion. Cela peut paraitre étonnant, mais le fait que tout le monde voit l’ordre du jour (les différentes branches), les décisions prises, les idées enregistrées, permet d’accroitre l’efficacité de la réunion en évitant les retours en arrière et les interventions hors de l’ordre du jour…

Depuis, j’utilise ces cartes couramment sur papier et ordinateur et je constate une amélioration progressive de mon utilisation. C’est en effet une chose à retenir, les premières cartes ne seront pas si facile à faire… Aussi, quelques ressources :

Et pour finir, un exemple de carte utilisée pour faire une présentation d’ayeba :

Astuces de vie

Astuces de vie

Ce 11 janvier, j’étais invité par Fred à une réunion sur le LifeHacking…

Qu’est-ce que c’est ? Wikipedia nous dit (en anglais bien sur) : The term life hack refers to productivity tricks that programmers devise and employ to cut through information overload and organize their data.

Des astuces, des bidouilles pour améliorer sa vie ? C’est pour cela que j’ai choisi de traduire Life Hack par Astuces de vie.

Ma première réaction a été de dire que cela me semblait être tout simplement du développement personnel. Levée de bouclier de certains des geeks présents qui m’a permis de constater avec effroi la mauvaise image du développement personnel dans ces lieux : trucs de psy, négatif, secte, pas tourner vers le partage… Pour ma part, j’avais fait le rapprochement immédiatement avec altohumano.org réseau de partage et d’échange autour du développement personnel ayant pour vocation d’accompagner les personnes à révéler leurs ressources inexploitées.

Il est vrai que lors du tour de table, les astuces présentées, les habitudes à prendre tournaient autour d’outils ou de méthodes comme le GTD (getting things done), les cartes mentales, les Seinfeld Calendar, le Podomoro… La question de la motivation était abordée plus sous l’angle des facteurs externes permettant d’adopter une nouvelle habitude, comme la pression externe produite par un engagement public, comme le démarrage d’une action à plusieurs, mais pas sur la motivation interne : Qu’est-ce qui me pousse à vouloir m’améliorer ? Qu’est-ce qui me pousse à vouloir employer différemment la seule ressource réellement rare dont je dispose qui est le temps ?

La proposition faite au groupe est d’écrire un article sur une Astuce de Vie que nous utilisons d’ici un mois (11 février), de se retrouver le 15 février pour une nouvelle réunion ou seront présentées trois Astuces de Vie.

Cela me laisse un peu de temps pour décider ce que je vais raconter : mindmap, gtd, kanban…

Nous avons également ajouté sur notre liste de choses que nous ferons peut-être un jour (someday) l’organisation d’un barcamp dédié aux Astuces de Vie (Life Hacks) : un LifeCamp !

Contrat Creative Commons
Les articles publiés ici sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 3.0 non transcrit.