Category: Interventions

The Search for Happiness

The Search for Happiness

During the past days, I had the opportunity to give two conferences. One in Raleigh, North Carolina, on October 20, 2015, for the Red Hat Agile Day. The other, in Bordeaux, France, for the closing keynote of AgileTour Bordeaux, on October 30, 2015. I adapted the content according to the feedback received after my opening keynote of the Drupal Developer Days.

Agile

The first sentence of the Agile Manifesto is often ignored:

We are uncovering better ways of developing software by doing it and helping others do it.

Studying this sentence helps to understand the state of mind of the manifesto writers, continuous improvement, mutual aid, listening. We could apply the same way of doing things to other areas than software development ones. And, of course, there’s no reason to restrain the application to one team. Some practices and tools proposed by some framework limit the application to a team.

Culture

Culture is the immerse part of the iceberg. When you observe an organization, you will be able to see the tools and practices. The principles and values that define the culture are seen through the actions of the organization members. When you try to introduce practice and tools that will not fit the organization culture, even if there’s an improvement at the beginning, things will be back to “normal” after some time.

That’s why Peter Druker said:

Culture eats strategy for breakfast, technology for lunch, products for dinner and soon thereafter everything else too.

An agile company

Some years ago, I was facilitating a meeting with the leadership team of a small company, they were around 20 at that time. We were working on the organization principles of the company. The team knew the company will need to grow fast, and they wanted to keep the creativity and innovation that made the success. Long story, short : we ended up with 6 principles organized on a main one:

Employees Happiness

Those principles were: autonomy, responsibility, trust, transparency, communication, and the conviction was that growing agile would be the way to achieve it.

how-do-feelAs the company was growing fast, we wanted to know if we were heading in the good direction, and if employees were really happy. And the best idea we found to get this information was to ask people on a day to day basis, using 3 simple buttons and a form to collect feedbacks so we can know what we could continue doing, what we could change or stop doing.

When I start explaining that idea, during one of the new comers breakfast session, one person asked me a simple question:

What do you mean by happiness?

A simple question, I was not able to give an answer to. Everybody knows what is happiness, but I was not able to define it. That leads me to follow the Science of Happiness Berkeley course of Dacher Keltner and Emiliana Simon-Thomas. I learned a lot on what is happiness, differences between happy and unhappy people, and mainly how to become a happier person.

« Happiness is the meaning and the purpose of life, the whole aim and end of human existence. »
Aristotle

Why be happy?

Scientific study shows what we may be able to guess. Happy people feel good, have a stronger immune system, are physically healthier, live longer, are more sociable, better liked by others, more resilient, more cooperative, more productive, more energetic, have more social support, are better leaders and negotiators, have a richer network of friends, earn more money, are more charitable, demonstrate more flexibility and ingenuity to solve problems

What makes us happy?

circumstances-daily-activities-set-pointAnswer may not surprise you, it’s not a new car, even a fancy one. Circumstances like that will have an effect on our happiness level, but we will go back to our set point soon or later. The most important finding, according to me, is that our happiness depends by 40% on our activities, and not on our genes or the circumstances. We can choose to have an impact on our happiness level.

How?

Being positive. Trying to look at situations from other angles in every day to day life situation and relationship with others.

Optimism

Being optimistic. Investing time as an individual and as a team to define what could be our best possible future. Working to create the conditions that help people to do their best. One of the proposed exercises is for example to write your self portrait, your best possible self. Taking 10 minutes a day to write and refine this portrait during 10 days will learn you a lot on yourself and what you can do.

Gratitude

Expressing gratitude. Creating the conditions that help people to do the same. In organizations, Retrospectives are good opportunity to do so, you can organize Kudos Box, or distribute Wow cards. It could be done using a diary, encouraging people to do the same, especially interns and new comers, so they can keep a trace of their surprises and learnings that could be useful in the future.

Kindness

Practicing kindness. Kindness letters are a simple way to do so. There’s even a world kindness day on November 13th, that could be a good opportunity to do something as a team.

Forgiveness

Forgive, a practice simpler to say that to do, especially when it’s our turn to forgive. A practice that, like gratitude and kindness, is the more beneficial to the sender than the receiver. Practices that work even in the absence of the receiver.

Carpe Diem

Seize the day, an idea simpler to understand, harder to practice. I will cover several different notions around time management. Flow from Mihaly Csikszentmihalyi that helps to understand those time when time flied and when we were incredibly focus and efficient as an individual or a team. We can enjoying those kind of moment when we maximize the focus and minimize interruptions. I even seen a team synchronize the work around pomodoros cycles to avoid interruptions.

As recommended by Philip Zimbardo “the optimal temporal mix is what you get from the past — past-positive gives you roots. You connect your family, identity and your self. What you get from the future is wings to soar to new destinations, new challenges. What you get from the present hedonism is the energy, the energy to explore yourself, places, people, sensuality.”

Celebrate

Savoring life’s joy is a way of life. Celebrate success, our own successes or the successes of a team or an organization, is an important, not so usual, activity. There’s several ways to celebrate success and we need to find our own, a way to do it is to set up a work expo as proposed in Workout from Jurgen Appelo.

Goal

Celebrate success supposed to define goals. Several scientific studies on this subject demonstrate that goals must be intrinsic and not extrinsic (like money). Defining goals, prefer approaching ones to avoiding ones. That’s why I like the OKR approach (Objectives and Key Results). Because the objectives and key results are created through the conversation of all stakeholders and not hierarchically imposed. This is also an excellent opportunity to look at objectives in more shades than the binary black and white, and to consider each steps in the good direction as a partial success that we could celebrate.

Nurturing relationship

Contribute to a goal bigger than self, with people you appreciate. Create your tribe, troop, group in which you will be able to connect, share, learn. Your surrounding will have a dramatic influence on your ability to deliver. Surround yourself with passionate people will give you a lot of energy. You can also provide this energy to the people that surround you.

Soul and body

« A sound mind in a sound body.»

This quote from Juvenal has been repeated for a long time, is there to remind us that we have a body and that when we take care of it, it has an influence on our mind… and so the opposite. And more than sport, ideal activities to practice with personal or professional relationships, meditation can be an opener on the happiness journey.

Balance

Happiness at Work implies that we could be happy or not depending on where we are. Work life balance separates two worlds in where we will not be the same person. Maybe it’s time to behave as only one person, without any professional mask? Maybe it’s time to be happy in life? Maybe it starts with us, with our smile?

 

Thank you for your feedbacks at the end of the conferences and your messages on Twitter.

 

Some links to go further:

ALE15 best conference this year

ALE15 best conference this year

I am just back from ALE15, the fifth edition of the self organized conference from the Agile Lean Europe network. As usual, I feel really good when I am back, as if this edition was the best edition ever… I am started to get used to this feeling, as I only missed one edition, in 2013, since the beginning of the adventure.

Why is it so special ? And what happens there ?

Well, there’s a lot of things that I can highlight.

First of all, it’s self-organized. It means that anybody can contribute to the organization of the event. For each event several people gather on a sofa, and those people will work together to achieve the mission of this particular sofa.
For example, I (with others) was involved in the program sofa, some others where involved in the finance sofa, others in the marketing sofa, and others in the spouses and kids sofa.
When you choose to contribute to a sofa, you can contribute with 5 minutes of your time with a suggestion, or invest a lot more, the choice is yours, just know that when your drop the ball, the others must know it so they can handle.
On this picture, you can see the list of the organizers of this year event. A big up to my peers ! It was great to do this with you !

Second, there’s a spouses and kids program, it means that you will see kids running in the conference venue alley, attending conferences, playing games, and even speak on stages. It means that it’s a conference where you can be yourself among your peers and your family. Kids love this, as my daughter ask each year if we are going the next one. The conference is planned end August, just before the kids are back to school, especially for this purpose.

Third, a part of the program is reserved to the open space format, so that the program of the conference is defined by the most important thing for the participant at this particular moment. This year, I had the pleasure to facilitate the open space with my friend Pablo. It was great and our experiments worked quite well.
Experiment One, as there’s people from all over Europe (and more) we asked them to demonstrate the babel opportunity by pitching their topics first in their mother tongue and then in English. This was amazing to see the difference in body language between the two pitches, and it was a lot more energizing and fun to hear some language your are not used to hear (not at all for some).

Experiment Two, as we were around 180 people for the open space, we knew that there will be 12 groups (at minima) in parallel and we wanted all those groups to share their findings with the whole. We asked them to prepare a restitution of their work on a flip board paper, and to summarize it with a tweet with #ale15 hashtag. We organized 20 minutes global restitution after each of the 40 minutes sessions. It worked well, it was interesting and it helped for sure to improve the participation and the quality of the work done. You can see the result if you look for the #ale15 hashtag on Twitter.
Experiment Three, as we think with Pablo that one of the big benefit of the open space in enterprise was that the group has a common purpose, we tried to propose a common theme to the ALE15 Open Space… and it didn’t work at all… But we survive as it was a survivable experiment 😉

And then, obviously some magical content from great speakers and from great discussions.

Putting some words on weird feeling like Chris Matts in his opening speech on day 1, when he explained how the agile movement evolution using the adoption model and others and why all the « scale agile » thing was ahead in time suggesting framework before the stories where really there. In this blog post from Chris you can discover more in detail the idea behind.

Or the integrating talk by Olaf Lewitz, where we experiment memorization exercise : « options have value, options expires, never commit early unless you know why » that was twitted several times, when he demonstrates that balance and polarization was wrong and that we should look for integration.

Inspiration for our future work that we should bring slowly back in our day to day work as advised by Rachel Davies in her closing keynote speech.

I also had the great pleasure to play once again the Deming Red Bead Experiment, great experience and great conversation. Deming Principles are still so relevant!

What’s next ?

ALE16 of course, you will be able to contribute to the organization of the next event by sitting on one of the sofas. Stay tuned and follow :
Agile Lean Europe (ALE) on linkedin and/or on Twitter

PS : This edition was quite hard on a personal level as my loving partner Isabel (in life and also in business) endured a devastating medical episode. I thank her for her support as she asked me to go for the commitment I had made to the ALE community and also to let our daughter have fun with her peers in the kids program.

ScrumWine #15.2

ScrumWine #15.2

Une nouvelle édition du ScrumWine s’est déroulée le jeudi 4 juin 2015. Nous étions pour l’occasion accueilli par CDiscount. Je remercie au passage Isabel pour l’organisation et adresse toutes mes félicitations à Damien Tourette, papa depuis la veille ! Notre hôte, Lionel Richer, expliquait dans son introduction que malgré une découverte récente de l’agile, 60 personnes travaillaient à présent en agile et que le bénéfice du rapprochement des métiers et des équipes de développement était remarquable.
Les actualités ont permis ensuite de mettre en avant les prochains événements consacrés à l’agile. Agile France bien sur, programmé pour les 18 et 19 juin, et pour lequel j’aurais le plaisir de donner une version courte et en français de ma conférence sur le bonheur au travail (Happiness is Coming). ALE 2015 qui se déroulera cette année à Sofia, toujours au cours de la dernière semaine d’aout, évènement remarquable puisqu’il inclut époux et enfants, ce qui augmente le niveau d’énergie positive de l’événement. Je termine par une mention pour AgileTour Bordeaux qui a annoncé la date de la prochaine édition pour les 30 et 31 octobre 2015.
Olivier Patou a relevé avec succès le challenge de la présentation en 5 minutes avec une présentation sur les histoires utilisateur : Comment faire de bonnes User Stories ?
Le programme proposait ensuite 2 sujets en parallèle :
– de l’OODA loop à l’innovation collaborative par Emmanuel Henriot, session qui a reçu un très bon accueil, et j’ai donc essayé de convaincre Emmanuel de la proposer pour AgileTour Bordeaux, car je n’ai pu y assister… puisque je proposais aux participants de jouer à :
Lego4Devops, un jeu simulatif utilisant les mêmes boites de Lego que le célèbre Lego4Scrum et dont j’avais participé à la mise au point lors de la dernière édition de Agile Games France. La version 1.0 est donc bien jouable sur un temps court, moins de 60 minutes, mais il semble préférable de pouvoir y consacrer plus de temps afin d’être moins pressé pour les explications initiales et avoir l’opportunité de réaliser plus d’itérations. Nous avons eu la possibilité d’avoir 2 équipes de 7 joueurs en parallèle, ce qui nous a également permis d’identifier de nombreuses possibilités d’amélioration. Nous sommes en train de compiler de façon collective ces idées d’amélioration afin de les proposer pour une prochaine version. Merci à Christophe Héral pour avoir contribué à la facilitation du jeu, et bien sur merci à tous les participants !
Rejoignez le groupe pour poursuivre la conversation et construire la prochaine édition :
https://groups.google.com/forum/#!forum/sug-bordeaux

2015-06-04 18.26.30Et merci à Emma pour son aide 🙂

Open Space @ AgileTour Bordeaux

Open Space @ AgileTour Bordeaux

L’édition 2014 de l’AgileTour Bordeaux se déroulait pour la première fois sur 2 jours.  Le samedi après-midi était consacré à un Open Space (ou Forum Ouvert) que l’équipe d’organisation m’a proposé de faciliter.

Qu’est-ce qu’un Open Space ?

L’Open Space est une méthode pour structurer les conversations d’un groupe de personnes. Vous pouvez trouver plus d’information sur la fiche Wikipedia ou sur la fiche OpenSpaceWorld.

Le déroulement de celui de Bordeaux :

  • Ouverture
  • Proposition des sujets et construction de la place de marché
  • Première session d’ateliers (4 en parallèle) – 45 minutes
  • Restitution à l’ensemble du groupe
  • Revue de la place de marché
  • Deuxième session d’ateliers (5 en parallèle) – 45 minutes
  • Restitution à l’ensemble du groupe
  • Cloture

 

De très bons retours sur cet Open Space avec notamment :

  • L’envie d’en organiser d’autres au cours de l’année (et même dans d’autres domaines que l’agilité)
  • L’envie d’utiliser le principe des  restitutions à l’ensemble du groupe pour d’autres événements
  • La satisfaction des personnes ayant participé (qui voulait tous recommender à leurs amis de participer à un Open Space)
  • Les retours de Chris Deniaud
  • Les retours d’Isabel Monville

Très heureux que cela ait bien fonctionné pour ce deuxième Open Space de la semaine pour moi, puisque j’en avais facilité un le mercredi pour l’équipe eNovance à Paris 🙂

1500 développeurs dans mon équipe

1500 développeurs dans mon équipe

1500 développeurs dans mon équipe est le titre de la session que j’ai eu le plaisir de donner lors de l’édition 2014 l’AgileTour à Bordeaux.

J’apprends l’agile depuis déjà longtemps en pratiquant et en partageant les valeurs, principes et pratiques avec des clients et d’autres pratiquants. Et c’est peut-être depuis que j’interviens au contact d’Openstack, un logiciel libre d’infonuagique (ou si je parle en presque français “a cloud open source software”) que j’ai appris le plus.

Ce que j’ai appris ? 

2014-10-31 15.15.17J’ai appris que l’on pouvait créer un produit avec une équipe de 1500 développeurs répartis sur tous les continents, que l’on pouvait avoir la certitude de délivrer les nouvelles versions à date fixe tous les 6 mois, que le processus de revue de code apportait beaucoup plus de bénéfices que ce que j’imaginais au départ, que la gestion des branches de développement pouvait être plus simple et plus efficace. J’ai aussi appris que la socialisation, l’accueil des nouveaux arrivants, le maintien du lien était une chose très importante… 

L’idée de cette session est de partager ces apprentissages pour que vous puissiez vous en inspirer dans vos organisations.

Et bien sur, il ne s’agit pas de “mon” équipe, mais de l’équipe qui contribue à Openstack… Et il n’était pas 1500, mais 1419 à avoir contribuer à la 10ème version JUNO publiée le 16 octobre 2014.

La photo d’entête est de Anne Gentle (License Creative Commons 2.0) Il s’agit de la vue de la salle pour la Keynote d’ouverture lors du Summit à Hong Kong en Novembre 2013.

ALE 2014 – deuxième et troisième jour

ALE 2014 – deuxième et troisième jour

Cet article évoque les deuxième et troisième jour de la non-conférence 2014 du réseau ALE (Agile Lean Europe). Le résumé du premier jour est ici.

Ce deuxième jour de la non-conférence ALE 2014, débute par une session par Josef Scherer, Self-designing Feature Teams @BMW. Pour influer sur la culture d’une grande organisation, Josef explique qu’il est nécessaire d’établir une structure permettant à la culture d’exister ou d’évoluer. Josef a ensuite présenté les structures d’atelier permettant à des équipes de se recomposer en équipe dédiée à des fonctionnalités (et non plus par role dans un processus en cascade) et cela en moins d’une demi-journée.

Stephen Parry prenait la suite avec un approfondissement de sa session de la veille pour créer une organisation en capacité d’apprendre et de s’adapter. Stephen parle ici de créer les conditions, le climat permettant le développement de cette culture. Stephen a présenté l’application du diagnostique Climetrics mesurant le climat dans les organisations suivant 4 axes : Engaging, Learning, Leading, Improving. L’exemple présenté montre que pour passer d’une organisation « diriger et contrôler » il ne s’agit pas d’avoir des objectifs d’amélioration continue, mais une transformation complète de la façon de faire. Comme dans les exemples de la première session, ce sont les équipes qui ont dessiné la nouvelle organisation (et pas le management).

Paweł Pustelnik présentait comment créer et faire croitre la culture de leur organisation Future Processing. La culture se voit dans l’atmosphère, dans le climat présent dans l’équipe, dans les valeurs que les membres partagent.

Great Software… because we put people first.

J’ai trouvé intéressante l’idée d’habiller un des couloirs de l’entreprise avec les événements importants de l’entreprise depuis sa création, ainsi que celle du mur de photo de toutes les personnes de l’entreprise, également importante. Le support de Pawel est ici.

J’ai malheureusement manqué les sessions de lightning talks (probablement le meilleur me dira plus tard Pablo).

Les sessions de Pecha Kucha (20 slides x 20 secondes) était excellentes :

  • Christof Braun – Trust me – this is important
  • Alberto Brandolini – The final words about software estimation
  • Martin Klose – Coderetreat – perfect practice makes perfect
  • Pawel Brodzinski – Building Teams – We got it all wrong!

J’ai butiné au cours de ces sessions open space et participé à une seule excellente session celle de Sabina Abdulajeva qui nous faisait prendre conscience de notre corps.

Felienne Hermans concluait cette deuxième journée en proposant : “Putting the science in computer science“. C’était assez amusant d’essayer une approche scientifique sur une question troll : “quel est le meilleur langage de programmation ?”. Il s’avère que la réponse des participants ne dépends d’aucun des critères que l’on entends régulièrement cités pour défendre tel ou tel langage, mais dépends principalement de la disponibilité de librairies open source.

Le troisième jour débutait par la Keynote des enfants. J’ai oublié de préciser que ALE est une conférence à laquelle les époux(ses) et les enfants sont invités à participer ce qui contribue également à une ambiance particulière. Les enfants ont donc préparés une keynote au cours de laquelle l’ensemble des participants ont contribué à peindre une fresque avec leurs mains.

J’ai ensuite proposé une session “The Agile and Open Source Way” et j’ai obtenu enfin les feedbacks qui vont me permettre de faire évoluer radicalement le contenu de la session et d’augmenter son impact et son utilité (un grand merci pour ceux qui ont pris le temps de me donner des feedbacks).

C’est Olaf Lewitz qui a gagné l’opportunité de proposer un talk surprise. Il a choisi de nous proposer sa session “De-scaling your organization“. C’était excellent et inspirant, à la fois sur le contenu et la façon de le proposer.

Pour les lightning talks, l’émotion du moment ne fait retenir que le talk que ma fille Emma (12 ans) a donné (et en anglais). Merci à tous les participants pour leur enthousiasmes et leurs retours positifs.

Les sessions de Pecha Kucha du jour étaient excellentes également :

  • Oana Juncu – Key ingredients of storytelling
  • Antonio López – Using Social Network Analysis for an Agile transformation
  • Shannon Jean Ewan – Agile processes evolve. Agility is here to stay

J’ai participé à deux sessions open space, celle proposée par Olaf Lewitz nous a fait découvrir le personality poker et nous nous sommes dit avec Pablo que nous allions le traduire en français, et une en vue de la préparation de la conférence de l’année prochaine : ALE15 (oui j’y pense déjà et j’y serai).

Jennie Jepsen assurait la Keynote de cloture et faisait une nouvelle fois référence à la science (celle du fonctionnement de notre cerveau cette fois) pour expliquer nos problématiques de transformation.  Cela a au moins le mérite de rappeler que lorsque l’on dit science, on dit approche scientifique et qu’avant de s’intéresser à des résultats, il faut s’intéresser aux protocoles des expériences.

Un grand merci à Future Processing pour ces actions dans le cadre du sponsoring de cette édition ALE : Massage (avec les masseuses qui travaillent habituellement chez eux à temps plein), Soirée… et j’ai même gagné un cadeau en donnant une définition de ce qu’était faire du développement agile : “Build a product with all the emotions and intelligence of the team”.

Un grand merci à tous les participants, intervenants, organisateurs (quelque soit leurs roles) pour cette excellente édition !

Les liens depuis les noms des intervenants cités pointent sur leurs comptes Twitter, et je vous encourage à les suivre !

Les photos d’Olaf, de Pablo, de Tomek, de Antonio

Etre l’entreprise agile de demain

Etre l’entreprise agile de demain

Ce jeudi 5 juin 2014, j’ai donné une conférence sur le thème du management et de l’organisation, lors du ScrumWine hébergé par Lectra.

Pour illustrer mes propos, j’ai utilisé le cas de eNovance une entreprise qui grandi en restant agile.

Les retours sur la conférence étaient excellents et je remercie tout ceux qui se sont manifestés. Je suis très heureux d’être parvenu à faire passé les messages sur l’évolution des modèles de management au 21ème siècle.

Je suis aussi flatté par les retours indiquant que cette conférence mériterait d’être donné sur de plus gros événements, peut-être même en conférence d’ouverture !

Un grand merci à tous !

Merci également à l’équipe Ayeba qui a contribué à préparer cette présentation.

J’inclus dans cet article le support de présentation que j’ai utilisé pour cette session pour permettre à ceux qui y ont assistés de récupérer les références que j’ai proposé.

Le support n’est pas très explicite sans le discours associé.

Développer des produits avec des équipes distribuées

Développer des produits avec des équipes distribuées

Après la conférence que j’ai donné le 10 avril pour le ScrumDay, je suis en train de préparer celle que je donnerais lors de Mix-IT le 30 avril 2014.

Le résumé de la session est assez similaire entre les deux, voici celui du ScrumDay :

De nos jours, presque tout le monde sait faire grandir une infrastructure de machines en mode distribué, avec une très bonnes communication entre elles, et en évitant les points uniques de défaillance (c’est une traduction de SPOF, single point of failure). En y réfléchissant, des serveurs distribués à travers le monde ne sont pas si différents que des équipes distribuées, elles ont besoin de connexion et de synchronisation…

Vraiment ?

Nous sommes des humains … pas des machines …

Dans cette session, nous allons voir comment eNovance, une société qui conçoit des produits destinés à bâtir des infrastructures informatiques, d’ou le pitch initial… Nous allons donc voir comment eNovance a fait grandir son équipe de développement produits en mode distribué en suivant les valeurs et principes Agile. Cette session expliquera comment nous nous appuyons sur nos Product Owner pour guider nos contributions à des logiciels libres constitutifs de nos produits. Nous verrons par exemple comment nous planifions nos itérations en suivant le rythme donné par le projet Openstack. Nous verrons également comment nous organisons nos scrums, sprint planning, sprint review et retrospectives en nous adaptant à des équipiers positionnés sur différents fuseaux horaires.

La session présentera le mode de fonctionnement d’un projet open source emblématique : Openstack. Ainsi que la façon de contribuer de l’équipe eNovance.

La différence entre les sessions va se jouer sur plusieurs aspects :

  • l’expérience acquise par la première présentation,
  • les retours et les questions des participants,
  • les questions posées par un des organisateurs de Mix-IT qui vont orienter la présentation sur des aspects différents.

Franck Depierre, l’organisateur qui a posé ces questions stimulantes, m’a demandé de préciser certains points. Les questions sont en gras :

  • Pourquoi faudrait-il avoir toutes les équipes distribuées qui travaillent ensemble ?
    Ce sont les membres des équipes qui sont distribués à travers le monde. Pour une équipe qui développe un produit, les équipiers sont répartis entre les bureaux de Bangalore, Paris, Montreal et San Francisco, de plus certains équipiers travaillent de chez eux (Hambourg, Dallas, San Francisco, New-York, Bordeaux, Toulouse…). Les équipes sont composées de personnes ayant les compétences nécessaires pour développer le produit, leur localisation n’est pas un critère de choix.
  • N’est-il pas plus simple de faire l’intégration sans avoir de communication entre équipe ?
    Nous préférons une approche ou l’équipe livre un produit déployable. Les produits sont modulaires et combinables entre eux : une infrastructure cloud de base peut être associée à l’usine de développement logiciel par exemple.
  • A qui est destiné cette session ?
    A des agents de changement dans l’organisation, à ceux qui, dans le flux de développement d’un produit, s’intéresse à faire évoluer l’organisation de leurs équipes.
  • On a l’impression que tout est bien dans le meilleur des mondes. Quels sont les freins, les problèmes qu’il faut identifier ? Est-ce uniquement un pb de product owner ? Ne pourrais-tu pas donner des recommendations pour tout les profils de l’organisation ?
    Tout est encore loin d’être bien dans le meilleur des mondes… La distance créée de nombreux problèmes que nous n’aurions pas avec une équipe colocalisée et des communications face à face (on s’en doute)… Je compte évidement aborder ces difficultés et les solutions que nous avons identifiées pour l’instant.
  • Est-ce qu’un coach ou facilitateur aide à ce mode de travail ? Si oui, est-ce que le coach doit être unique et intervenir sur tous les sites ? Est-ce qu’il faut monter une équipe de coaches ? Quelles sont les réunions à mettre en place ? Sur quel cycle répétitif, basé sur Scrum ?
    C’est mon role dans l’organisation. Nous formons progressivement une équipe de personnes intéressées qui diffusent dans leurs équipes la culture agile et open source de l’entreprise. Et oui, avec une approche itérative 🙂
  • Comment justifier que les équipes distribuées sont plus viables que les colocalisées ?
    Les équipes distribuées permettent de regrouper des personnes compétentes sur un produit sans avoir besoin de leur imposer une localisation… Dans l’idéal, je préférerais que toutes les personnes puissent travailler dans la même pièce.

Il me reste une semaine pour revoir la session afin de maximiser la valeur des messages à transmettre ! Vous pouvez également me poser des questions via Twitter, en commentaire de ce billet ou par mail pour que je les prenne en compte dans ma préparation.

Pour en savoir plus sur cette édition de Mix-IT 2014, consultez les actualités et particulièrement les articles présentant le programme.

 

[modification du 15 novembre : la vidéo de la session de Mix-IT vient d’être publiée http://www.infoq.com/fr/presentations/produits-avec-equipes-distribuees]

The Agile and Open Source Way

The Agile and Open Source Way

Calque1This new session about The Agile and Open Source Way received great feedbacks from Open World Forum attendees.

Attendees from this conference knew a lot more about open source software than the attendees of my previous session in Brussels. They were not knowing so much about the organization of the Openstack project used in the talk to inspire others to scale agile and improve their software quality.

 

Contrat Creative Commons
Les articles publiés ici sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité 3.0 non transcrit.