Orange – Journée sur les Applications d’origine locale

Invité à présenter l’action de la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat en terme d’Administration Electronique.

En m’appuyant sur les principes ADELE :

  • simplifier la vie de l’usager dans sa relation à l’administration ;

  • améliorer l’efficience du service public ;

  • valoriser l’agent dans sa mission.

J’ai présenté le schéma directeur ADELE dont l’objectif est de favoriser l’innovation aux extrémités de l’organisation (collectivités…) en offrant un cadre structurant (les Initiatives Communes, les Référentiels) associé à un dispositif de mutualisation (Synergies, AdmiSource…) assurant une optimisation de la dépense publique.

C’était l’occasion de découvrir les problématiques d’un groupe d’une taille similaire aux grandes directions à réseaux de l’administration, et les solutions innovantes qu’ils ont mis en oeuvre pour encourager la participation des employés (suggestions) encourager le partage, la capitalisation, la mutualisation, favoriser le développement rapide afin d’apporter des réponses au plus tôt aux métierse, formation, mise en place de certification, hébergement mutualisé des applications développées localement, réseau des trackers d’économie…

J’avais sollicité pour l’occasion une intervention de la Gendarmerie nationale, Pierre LEMMET a présenté avec brio l’expérience de la Gendarmerie dans l’interaction avec la communauté formée autour du produit OCS Inventory.

Séminaire Franco-Indien

Présentation du programme ADELE avec une focalisation plus particulière sur le rôle des standards ouverts et des solutions sous licences libres dans l’amélioration de l’administration.

L’événement organisée par la Fondation Sophia-Antipolis et l’université de Nice Sophia-Antipolis ne réunissait malheureusement que peu de participants.

Intérêt des interlocuteurs Indien pour les aspects Administration Electronique autant au niveau national que pour l’état du Kérala, à suivre !

Synergies – les ressources d’ADELE, est-ce l’Administration électronique 2.0 ?

La relation entre l’Administration électronique et l’expression de Dale Dougherty, web 2.0, popularisée par Tim O’Reilly ne vous apparaît pas comme évidente ? Est-ce une façon de récupérer un concept à la mode pour donner une image moderne à notre Administration ?

La liaison est bien réelle et l’utilisation de Synergies démontrera l’engagement dans l’action de modernisation, des acteurs ADELE.

Depuis cet article fondateur datant de septembre 2005, le concept web 2.0 a fait couler beaucoup d’encre – pas seulement numérique – l’analogie avec les promesses des versions logiciels est assez amusante : les promesses de l’Internet 1.0 datant de 1995 pourraient enfin être tenues avec l’Internet 2.0 qui arrive…

En est-il de même avec l’Administration Electronique ?

Remontons un peu l’histoire récente de l’Administration Electronique. Au démarrage des travaux sur le Schéma Directeur de l’Administration Electronique ou Schéma Directeur ADELE en octobre 2004, l’ADAE avait déjà publié un plan stratégique faisant consensus sur les grands objectifs et regroupé dans un plan d’action 140 projets provenant principalement des administrations centrales. Quelques projets étaient directement portés par l’Agence, comme le changement d’adresse en ligne, permettant d’illustrer les gains d’une démarche d’Administration Electronique.

La plupart des services proposés par l’Administration étant exécutés à un niveau local, la majorité des projets, plusieurs milliers, restaient invisibles à cette structuration. Deux convictions nous[1] animaient alors :

– l’innovation en terme de service (ne) pouvait (que) se faire au niveau local, prenez par exemple webct95.org, ou au niveau déconcentré, c’est-à-dire au plus près des usagers,

– une démarche purement locale conduirait à des dépenses en double (triple, quadruple…) faisant apparaître la nécessité d’un cadre structurant permettant l’innovation ET la mutualisation entre les différentes entités rendant le service public.

Dés la fin 2004, la version alpha1 du Schéma Directeur ADELE était publiée, s’appuyant sur les grands principes :

– simplifier la vie de l’usager dans sa relation à l’administration,

– améliorer l’efficience du service public,

– valoriser l’agent public dans sa mission.

Une structure en Initiatives Communes permettant de traiter les sujets dans un cadre de cohérence avec des objectifs de mutualisation était proposée, permettant à la fois de profiter des travaux des grands chantiers d’innovation nationaux – comme le programme Copernic ayant mis en place la télé-déclaration d’impôt – ainsi que des succès locaux.

L’ensemble s’appuyant sur un dispositif de mutualisation composé par les Outils d’ADELE dont le premier était déjà en service :

Ateliers – les communautés d’ADELE (connus à l’époque sous le doux nom de vitamin2).

Cette première étape d’élaboration commune en phase projet a été suivie par la mise en place, mi-2005, de la plate-forme de développement collaboratif :

AdmiSource – la forge d’ADELE

Si ces deux premiers outils permettaient aux personnes interagissant déjà ensemble de poursuivre une coopération plus proche, ils ne réglaient pas un problème de visibilité de la richesse disponible au sein de l’administration elle-même. Cette richesse que l’on trouve dans ses ressources, ses projets, ses réalisations que nous aimerions tous connaître avant de nous lancer dans une réalisation, mais compte tenu de la diversité des organisations reste bien souvent cachée.

C’est pour donner de la visibilité sur les acteurs et leurs expériences, pour permettre un premier niveau de collaboration par la capitalisation que Synergies – les ressources d’ADELE a été ouvert. L’objectif étant de passer progressivement à une véritable coopération entre les acteurs et leurs organisations, jusque dans la longue traîne… le niveau local pour l’administration… pour utiliser une autre expression à la mode en (léger) contre-emploi.

En un lieu, trouver la localisation des acteurs, des expériences, des solutions sur une thématique donnée… L’idée de Synergies était là :

Synergies – les ressources d’ADELE

Vous pouvez dés à présent consulter le prototype du service et contribuer à son succès !

Et pour ceux qui voudraient « en plus » une réponse à la question du début de l’article, pourquoi ne pas confronter ces outils d’ADELE aux sept principes du web 2.0 énoncés dans l’article fondateur ?

Lien vers l’article de Tim O’Reilly : What is Web 2.0 ?

La version française : Le web 2.0, c’est pas du buzz: What is Web 2.0 par Tim O’Reilly

L’Entrenet par Daniel Kaplan à l’université de la FING en mai 2006 : http://www.internetactu.net/?p=6350

La longue traîne par Chris Anderson tient un blog consacré au phénomène qu’il décrit dans cet article : http://thelongtail.com.


[1] “Nous” c’est ici principalement Jean-Marc LEHOUX et moi-même, ainsi que l’équipe de consultants collaborant avec nous.

Epargne et marchés financiers

Les rencontres économiques de l’IGPDE :

  • Olivier Garnier , directeur général adjoint à la Société générale Asset management, membre du CAE
  • Benoît Coeuré, directeur général adjoint à l’Agence France Trésor, nominé au prix du meilleur jeune économiste 2005
  • Pierre-Cyrille Hautcoeur, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, prix du meilleur jeune économiste 2003

La présentation de Benoît Coeuré était très instructive sur la façon de gèrer les besoins en trésorerie du Pays (100 milliards d’Euros par an -> plus que la dette car il font de l’optimisation…)

L’explication la dette des pays fait fonctionner l’épargne donc l’économie… etc…

Paris Capitale du Libre

Participation à l’événement, est assisté entre autre à la conférence pour laquelle j’avais sollicité la participation de Frank Mordacq, Directeur Général de la Mondernisation de l’Etat en tant que Président de la table ronde “E-administration Libre : une réussite française“.
Consulter le site de l’événement ici

Participation au diner… Mais parti avant la fin ! Rattrapé par le décalage horaire… pour moi c’était encore l’heure chinoise !

Groupe de Travail Franco-Chinois sur les logiciels libres

Membre de la délégation française lors du déplacement en Chine du 17 au 25 juin 2006. L’objet principal du déplacement était la réunion du Groupe de travail franco-chinois sur les logiciels libres initié suite à la signature de l’accord de coopération pour promouvoir l’usage et le développement des logiciels libres par le Ministre de l’Industrie Patrick Devedjian.

C’etait également l’occasion de découvrir Pékin et Dalian, les software-park, les universités, d’animer une session de conférences lors du salon international de Dalian…

Un point marquant : ” la volonté d’inscrire les actions dans une perspective long terme (20 à 50 ans) ”

Ce qui est vécu comme le seul point crucial : “L’éducation” une civilisation qui évolue, qui se développe, pense à son avenir donc à ses enfants !

A complèter avec les dates exactes et le programme.

Assemblée Générale du CUBE, les 13 et 14 juin à Deauville

Les 13 et 14 juin 2006 s’est tenu à Deauville à Hôtel Royal Barrière, la 22ème Assemblée Générale du Club des Utilisateurs Bull Européens (CUBE).
Le thème : « Pour la maîtrise des coûts des systèmes d’information, quels choix d’architecture et de systèmes ? ».

J’ai représenté la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat afin d’exprimer le point de vue de l’Administration.