UJUO sur Solutions Linux

Ce mercredi 11 mai à 11h00, la pédagogie de l’attention Un Jour Une Oeuvre sera présentée lors de la table-ronde : “La diversité dans le libre éducatif”.

Regardons Ensemble !


Un Jour Une Oeuvre est une aventure transposant l’approche collaborative pratiquée dans le monde du logiciel libre dans le but de permettre à chacun d’accéder à l’oeuvre d’art. En regardant ensemble, nous affinons nos regards, nous exerçons notre attention et nous pouvons nous libérer des conventions pour enfin accéder aux oeuvres.La présentation quotidienne d’une oeuvre d’art permet à chacun de s’exercer à l’attention véritable, et découvrir ce que les autres ont vus pour apprendre des similitudes et des différences.

Cette courte présentation sera suivie d’un débat avec la salle. Une occasion de tirer les liens entre l’accès à l’oeuvre, l’approche collaborative du logiciel libre et l’éducation.

Demandez votre badge pour venir sur le salon du libre au CNIT Paris la défense participer à la discussion.

Expérimentons la mutualisation des regards

J’animerais demain – mardi 6 juillet – avec Ivan Sigg un atelier :
“Expérimentons la mutualisation des regards” cet atelier est un prolongement du site Internet Un Jour Une Oeuvre qui propose de recueillir les regards des visiteurs sur les oeuvres publiées régulièrement.

Il n’y a pas d’INTERÊT à regarder une oeuvre d’art, il y a juste la possibilité d’ ETRE en s’autorisant à VOIR SANS SAVOIR. Avec UJUO il s’agit d’une expérience de la réalité par la perception, une expérience du non-savoir et du non-agir qui, par une ATTENTION TOTALE, permet à la réalité, et donc à l’être, de surgir toujours neufs. Il ne s’agit pas de mesurer, de comparer, de juger, de s’identifier ou de rejeter, il s’agit de se découvrir et d’apprendre d’instant en instant, de décréter la liberté maintenant.

Cet atelier se déroulera en deux sessions d’une heure le 6 juillet entre 14h et 16h, nous y tenterons des liens entre ce travail d’attention et le développement des logiciels libres.

KUU

Ivan Sigg et Eric Meyer lance KUU une aventure éditoriale dont le numéro 0 est à commander sur le site de la revue dont il est prévu 2 numéros par an : http://www.ku-u.org/

Art Postal

art-postal-ivan-sigg-2009-800

C’est arrivé par la poste, emballé délicatement dans un plastique transparent par la poste des Etats-Unis qui en a oublié d’oblitérer le timbre.

Une carte postale d’un autre genre expédiée par mon ami Ivan.

Merci !

Un Jour Une Oeuvre en direct

1967-luciano-fabro-contatto-tautologia

14 janvier 2009, 17h00, Saint-Germain-des-Prés, une nouvelle session d’Un Jour Une Œuvre en direct commence, nous sommes quatre et nous visiterons quatre galeries.

Ivan raconte notre excursion sur son blog : Alexis, Sylvie, Mana et Ivan.

Mantegna m’a paru finalement beaucoup plus simple d’accès que ces oeuvres plus proches de nous dans le temps. L’expérience du partage des regrds est toujours aussi magique : si je regarde, si je dis simplement ce que je vois, et si je le partage avec les autres… alors, je peux commencer à ressentir une œuvre qui m’avait laissé indifférent initialement.

Inscrivez-vous pour la prochaine session d’Un Jour Une Oeuvre en direct qui aura lieu dans les galeries d’art contemporain de la rue Louise Weiss à Paris. Le Doodle est ouvert et permet de s’inscrire en choisissant la date qui convient le mieux au plus grand nombre de participant.

La photographie est un détail de la première oeuvre que nous ayons regardée à la Galerie Di Meo : Contatto Tautologia de Luciano Fabro (1967)

Un Jour Une Œuvre au Louvre

Ce mercredi 12 décembre, nous nous sommes retrouvés au Louvre pour visiter l’exposition consacrée à Mantegna.

Nous ?

Nous c’est Ivan (qui raconte l’expérience sur son blog), Jean-François et moi, trois parmi ceux qui avaient envie de participer à cette expérience de mutualisation des regards dans le monde réel, expérience que nous avons débutée sur Internet avec Un Jour Une Œuvre (http://unjouruneoeuvre.eu).

Une promenade dans l’exposition pour choisir une première toile, le choix se porte sur un petit Saint Sébastien, nous avons pris le temps de regarder, de verbaliser ce que nous regardions, un attroupement s’est créé autour de la toile, certains trépignent pour voir, d’autres interagissent avec nous : « avez-vous vu le cavalier dans le ciel ? », « c’est une souffrance exquise »… Nous avons reproduit l’expérience pour deux autres toiles avec le même effet. Expérience enrichissante que de se laisser porter par ses propres découvertes et par les découvertes des autres, difficile de ne pas se lancer dans l’interprétation de ce que l’on voit, difficile de ne pas lire les petits cartels avant d’avoir vraiment pris le temps de regarder ! Passionnant donc !

A suivre, la retranscription de nos échanges sous forme de fiche de « lecture » sur Un Jour Une Œuvre, ainsi que le prochain évènement « live » le 14 janvier, 17heure, Metro Saint Germain pour une visite de galerie d’art contemporain !

Un jour une œuvre

Un jour une œuvre est né de la volonté de répondre à une question : « Comment faire bénéficier à tous de notre héritage culturel ? ». Pour dépasser cette formulation on pourrait enrichir cette question par quelques autres : « Comment permettre d’entrer dans une dynamique de construction ? Comment apprendre à dépasser les apparences, à utiliser l’éclairage du passé.

Quelle est votre utilisation actuelle de notre patrimoine commun ? Quelle est votre fréquence de visite des lieux d’expositions, musées, galeries, marchés… ? Quelles sont les informations disponibles sur Internet qui permettent de découvrir des œuvres, préparer des visites ? Quelles sont les informations autour des œuvres qui aident à leur lecture, les mettent en contexte, en permettent une appropriation pour les néophytes ?

Les cloisons – entre les créateurs, les conservateurs, les chercheurs, les commerçants, les publics – bien qu’invisibles existent et empêchent une diffusion des savoirs, première étape nécessaire à une future co-création ?

En partant de ces constats d’amateur, qui demandent l’éclairage de professionnels, j’ai décidé de présenter une œuvre d’art chaque jour, associée à quelques liens permettant d’aller plus loin dans la découverte.

Un wiki est associé au site Internet principal, permet de dépasser les premiers commentaires en se dirigeant vers la création de fiches, à la façon de celles qu’Ivan Sigg a préparées pour les œuvres de Hopper, Léger et Koons. Ces fiches encourageant à l’attention véritable en répondant à une première question : « Que voit-on ? ».

Les œuvres présentées peuvent tout autant être des trésors du passé, que des créations actuelles d’artistes plus ou moins célèbres. Le choix est guidé par mes découvertes personnelles et par les propositions qui me sont faites par les visiteurs du site. Les œuvres sont principalement des peintures, des sculptures et des photographies, et si les propositions de créations musicales, de poésies, de bandes dessinées et de romans me laissent perplexes quand à la façon de les présenter, je compte bien trouver le moyen de le faire dans le futur.

Les premiers résultats après cinq mois sont encourageants. Les commentaires sont plus ou moins élaborés, mais malheureusement, la majorité d’entre eux sont envoyés par messagerie électronique et non publiés sur le site.

Les personnes m’indiquant avoir fait du site leur page d’accueil ou s’être abonné au flux rss ou à la réception par messagerie électronique sont de plus en plus nombreuses et m’incitent à poursuivre. Celles qui ont envoyées un petit message à tous leur carnet d’adresse pour leur parler du site sont plus rares… mais très appréciées 😉

Premiers signes encourageants pour cette initiative visant à faire entrer plus de personnes dans une dynamique de création et de partage, visant à orienter la curiosité vers la construction.

Comment pouvez-vous contribuer ?

En proposant vos commentaires sur une œuvre publiée, en proposant une œuvre à la publication, en proposant vos idées pour développer le projet, en initiant ou complétant une fiche, en animant une semaine consacrée à une thématique qui vous tient à cœur… et probablement de nombreuses autres choses que je n’ai pas imaginées !

La photo de La Mort d’Adonis (que j’ai réduite) a été prise par Mak Thorpe en 1999 (Creative Commons Attribution ShareAlike 2.5).