Neutralité du Net

A voir cette keynote à propos de la symétrie et de la neutralité du réseau Internet.

La version en français est ici : http://www.youtube.com/watch?v=wmD2WOQI8qU

Le texte en français est accessible ici : http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=SymetrieEtNeutralite2

Le texte en anglais : http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=SymetrieEtNeutralite2Engl

Festivals

imgresLa Grande Jonction était un des événements de la semaine digitale organisée à Bordeaux. Une des tables rondes accueillait Herb Kim, fondateur et président de Thinking Digital et curateur de plusieurs TEDx dans le nord de l’Angleterre, Kitty Leering, directrice de PicNic et Stéphane Distinguin, président du pôle de compétitivité Cap Digital organisateur de Futur en Seine.

La vision de ces organisateurs de festivals est convergente, au delà de la difficulté de mesure de l’efficacité, ils envisagent cela comme un pont entre des professionnels “invisibles” car petits et répartis sur le territoire et le grand public qui pourrait bénéficier d’innovation dans le futur.

J’ai particulièrement apprécié les idées pour faire participer le public au programme, en laissant des organisateurs préparer des événemnts Off dans lequel l’organisateur principal n’intervient pas sur la programmation, mais dont il fait la promotion. C’est le cas du Off de Picnic ou de Pas Sage en Seine pour Futur en Seine (dont l’édition 2013 se déroulera du 13 au 23 juin 2013).

Lorsque l’un des intervenants à évoqué SXSW comme l’exemple de festivals, les autres ont approuvés en hochant la tête, pour aller jeter un oeil avant de prendre votre billet pour Austin, c’est ici : The South by Southwest (SXSW).

Vous pouvez également consulter les interviews en vidéos des participants à la table-ronde dans cet article.

Voir les données

 

David McCandless présente dans cette intervention TED différentes représentation de données. Merci à La Fonderie pour avoir amener cela devant mes yeux, grace à l’exposition ExpoViz.

Hacker à vendre…

Pas si facile d’acheter un hacker…

C’est pourtant ce que vous propose Hacker-Trade.com… Enfin, ce que propose Hacker-Trade aux clients dont le but à un sens (traduction approximative du très efficace no-nonsense clients).

Cela permettra à certains hackers de travailler en voyageant, ou de voyager en travaillant… Comme l’explique très bien Xavier Antoviaque, un des fondateurs du site dans son article.

Que vous soyez Hacker ou Client, vous pouvez faire acte de candidature sur le site…

 

 

La photo de une est de Flavio Takemoto

Conférence 2012

Un regard sur mon planning de ce début 2012 et sur la sélection de conférences auxquelles je souhaitais participer… Pas vraiment compatible pour le 1er trimestre…

Aussi, je suis impatient de lire, d’échanger avec vous sur ce que vous aurez appris lors de :

Bonnes conférences à tous 😉

 

La photographie est de Irum Shahid

Global Day of Coderetreat 2011

J’ai participé aujourd’hui au Global Day of Coderetreat !
Il était organisé à Bordeaux par Okiwi et Arpinum.

Les règles de cette « retraite » sont simples :

  • coder en binôme
  • sessions de 45 minutes sur un seul et unique problème pour la journée,
  • après chaque session, l’ensemble du code produit est supprimé,
  • une rétrospective permet de partager les enseignements de la session,
  • et de nouvelles règles sont mises en place.
Le problème de cette journée était le jeu de la vie.
Les premières règles étaient de respecter les principes de base de l’Extreme programming :
  • les tests passent (oui on fait du TDD)
  • ne pas se répéter (DRY)
  • le code doit inclure l’intention du développeur
  • il faut minimiser les éléments
Les règles suivantes imposaient le ping pong ;-), puis pas de type primitif et les règles imposées lors de mon départ était pas de If… (un peu forcé le départ il est vrai tant j’aurais voulu poursuivre l’apprentissage… Mais ma fille arrivait en train, pas question de la rater à l’arrivée 😉 )
Chaque challenge apportent son lots d’apprentissages de pratiques extrèmement utiles pour produire un meilleur code.
Au niveau des langages utilisés, il n’y avait pas de limite ce qui m’a permis de tester l’implémentation du jeu de la vie en Java, Python et même en HTML, CSS, Javascript et de découvrir que l’on peut faire des tests unitaires avec casperjs d’une façon très élégante (merci Thomas) ! Certains en ont profité pour tester des langages qu’ils ne connaissaient pas (et dont je ne connaissais même pas l’existence 😉 ).
Une journée vraiment passionnante qui a fini de me convaincre qu’Ayeba devait proposer, au delà des aspects humains, management et organisationnels que nous couvrons dans nos formations, des formations sur les pratiques de développement, et que les modalités de formation devaient prendre cette forme !
Merci à tous les participants, avec une mention spéciale pour Jean-Baptiste Dusseaut, excellent animateur de la journée.
Le hashtag est : #gdcr11

S.O.H.A

S.O.H.A. stands for Sentier Open House Apéros… Rendez-vous périodique dont une édition se déroulait hier chez Mounir & Simon dans le Sentier haut lieu du numérique à Paris.

Le principe est simple, les participants ont maximum 5 minutes pour «pitcher»… humm… on a aussi parlé international bien sur ;-)… 5 minutes donc pour présenter leur idée, leur service, leur société, exprimer ce qu’il recherche et répondre ensuite aux questions et avoir ce retour indispensable pour avancer.

S.O.H.A. est donc un environnement favorable permettant un entrainement essentiel pour les créateurs qui leur permet d’améliorer leurs propositions.

Un aperçu des sujets présentés ?

Je suis arrivé alors que l’équipe gagnante du StartupWeekendParis présentait appibabi.es (une appli qui mélange réel et virtuel et vous propose de trouver un partenaire et d’élever un bébé !), faveous (le gestionnaire de vos favoris), la ruche qui dit oui (mise en relation de producteur et de consommateur), LeBrigde.eu (pour relier les lieux de création de startup en Europe), Hackable Devices, et une invitation à participer à l’OpenWorldForum

C’était la première fois que je parvenais à participer à cet événement (je le regrette maintenant 😉 ). J’ai été particulièrement enthousiasmé par l’excellente ambiance, la qualité des présentations et par l’animation de haut vol assuré par Mounir.

Bravo ! Je serai au prochain !

Lift11 : première journée

Arrivée à Lift juste avant le déjeuner, première impression très positive, les gens que je croise sont tranquilles et accueillants. Je déjeune avec une partie de l’équipe qui fait la régie, ce qui me permet d’apprendre pourquoi les micro-casques c’est si compliqué… et pourquoi il n’y en a pas en standard dans les salles de conférence (micro-omnidirectionnel, grande sensibilité, larsen, mauvaise qualité difficilement admissible, fragile…)

Je me promène dans l’espace démo, des étudiants sont en train de faire de la balançoire dans au milieu de l’espace de présentation des projets, distrayant 😉

Entrée dans la salle de conférence, pénombre, décors et éclairage de la scène coordonnée avec le slide de présentation des intervenants qui tourne sur une musique électronique. Les participants (Lifters) sont installés confortablement dans des fauteuils et disposent de tables pour poser leurs ordinateurs, de micro pour intervenir et de casques pour la traduction simultanée. Je me présente à mes voisins qui sont très accueillant eux aussi (ONU et Banque… pas ce que j’imaginais en venant… Il faut que je dépasse vite les idées préconçues ! ).

La session d’accueil des “participants venant pour la première fois à Lift” commence. Le fondateur et 4 liftosaures (des dinosaures de lift) viennent présenter pourquoi ils viennent et reviennent à Lift : la qualité des conférences bien sur, mais surtout l’ambiance la grande diversité de personnes que l’on peut rencontrer, que l’on doit rencontrer, en choisissant de partager avec ses voisins ses impressions. Lift apporte ainsi de nouvelles idées et de nouvelles rencontres ! Cela correspond parfaitement à mon objectif ! Parfait !

En route pour la conférence !

Don Tapscott commence la keynote d’ouverture en évoquant les récents événements en Tunisie et en Egypte pour montrer à quel point le monde a changé : les révolutions n’ont plus de leader, elles sont auto-organisées grace à la technologie permettant les interactions directes entre les personnes. Nous sommes à présent à un âge d’intelligence en réseau et il alors temps d’inventer les modèles permettant à cette intelligence en réseau de gouverner le monde !

Je retiendrais de l’intervention de Jean-Claude Biver sa suggestion de récompenser par une prime les erreurs, car l’innovation ne peut se produire qu’en prenant le risque de faire des erreurs.

David Galbraith a ensuite présenté le rôle des personnes dans l’évolution de l’Internet, présentant l’avantage des recommandations des personnes sur celles des robots, et montrant comment les évolutions des consommations produisaient un risque sur l’évolution du net et de sa neutralité.

Explain, not complain.

Ben Hammersley, probablement mon intervention préférée jusque là, engage la génération intermédiaire, à traduire aux plus agés ceux qu’ils ne peuvent comprendre de cette évolution des modèles d’organisation rendues possibles par l’Internet. Cette évolution que les plus jeunes, les digital natives, ont totalement intégré comme normale… Eux, ils ne comprennent pas que les plus vieux ne puissent comprendre ! Expliquer plutôt que se plaindre, car en Europe la majorité est constituée de ces plus agés, contrairement à d’autres pays ou les digital natives forment la majorité. Inspirant et drôle, bravo !

Open Stage pour Matthias Lufkens sur la twitplomacy, comment les dirigeants du monde utilisent twitter et interagissent entre eux, excellent !

Et premier break ! Go !
Café, pomme, discuter, jouer avec les détecteurs de mouvement, regarder des robots se promener !

Et c’est reparti avec Alexander Osterwalder et une présentation sur la structuration de la création d’entreprise par la systématisation d’exploration de business model. C’est une présentation de son livre Business Model Generation…

Dorian Selz est ensuite venu présenter l’application qu’il a fait lors de la création de plusieurs sociétés de modèle d’organisation dépassant le modèle classique du command and control, amusant cela rejoint une discussion que je viens d’avoir lors du break avec quelques lifters, je suis en terrain connu pour la cible, le chemin pour y parvenir me passionne…

Birgitta Ralston et Alexandre Bau sont ensuite venu présenter leur expérience de la création de la plate-forme de création Transplant en Norvège.

Yasmine Abbas enchaine avec une présentation sur les néo-nomades, et j’ai du un peu décrocher car je ne suis pas sur d’avoir bien compris le sens de son propos : un monde ou la mobilité choisie ou subie produit du stress et du gachi ? un monde à changer ?

La transformation d’organisation pour dépasser le modèle du commande et contrôle est évidement un terrain connu pour moi, une question dans les conversations “off” m’était posée. Cela doit être difficile à vendre car il faut trouver un client qui est réellement envie de changer et pas un qui ne veut se contenter que de cosmétique pour prolonger le status quo ? Hummm avec ce que j’ai appris aujourd’hui je dirais qu’il faut continuer à expliquer que l’on peut changer… et ne surtout pas rester à se plaindre de ceux qui ne veulent pas changer 😉

Les lifters se retrouve ensuite pour une soirée fondue très sympathique au cours de laquelle j’ai apprécié à nouveau les échanges et l’enthousiasme (et la fondue aussi oui 😉 )

Menottes numériques

Des menottes numériques ? Qu’est-ce que cela peut vouloir dire ? Pourquoi donc faire référence à des menottes pour parler des DRM (Digital Rights Management) soit gestion des droits numériques.

Mais de quel droit parle-t-on ? Le droit de l’auteur, de l’ayant-droit ou celui de l’utilisateur ? A moins que ce ne soit le droit du censeur ?

Ces dispositifs de contrôle d’usage que la loi interdit de contourner depuis 1996 empêchant ainsi la lecture de certaines oeuvres numériques (livre, musique, film) sur des ordinateurs équipés de logiciel libre font l’objet d’une excellente synthèse publiée par l’April dont je vous recommande la lecture.

CoworkingCamp

Venez inventer de nouveaux espaces de travail, de rencontre, de partage, d’innovation partagée ! Le CoworkingCamp se tiendra à Bordeaux le 19 novembre 2010 de 10h30 à 18h aux Terres Neuves à Bègles.

Ce sera bien sur l’occasion de rencontrer les autres personnes motivées par faire exister un espace de coworking à Bordeaux. L’occasion de découvrir ce qu’est un tel espace et ce qu’il peut apporter comme innovation et comme développement pour la région.

Un espace de coworking permet de disposer :

  • de bureaux personnels pour 1 mois, 2 mois, 3 mois, 5 mois, 8 mois, 13 mois…
  • de bureaux de passage pour une demi-journée, 1 journée, 2 journée…
  • de salles de réunion à la demande,
  • d’un espace de repos confortable entre 2 rendez-vous ou entre 2 sessions de travail favorisant les rencontres et l’émergence de nouvelles idées,
  • d’un espace pour organiser des événements rapidement et facilement,
  • d’une infrastructure permettant de diffuser ou capter des contenus en temps réel ou différé,
  • d’une connexion très haut débit à Internet,

Quels sont les bénéfices d’un espace de coworking ?

Le premier bénéfice apporté par un espace de coworking est la réduction de coût à supporter pour chaque personne utilisant l’espace apporté par la mutualisation de l’infrastructure, des bureaux, de l’accès Internet.

Le deuxième bénéfice est l’amélioration de la qualité de l’environnement qui peut être plus sympathique, plus grand que si chacun devait financer l’intégralité seul.

Mais au delà de ces premiers bénéfices, un espace de coworking permet de rompre la solitude des indépendants, des créateurs et des dirigeants d’entreprises, des spécialistes ou experts d’un métier qui peuvent se trouver isolés dans leurs organisations. Les rencontres fortuites, lors des pauses, des événements, ou par les mises en relation effectuées par les animateurs de lieu, permettent le partage d’expériences et l’émergence de nouvelles idées par le croisement de personnes exerçant le même métier, ou au contraire exerçant un autre métier, dans le même domaine, dans un domaine connexe ou dans un domaine inconnu.

Inscrivez-vous !

http://barcamp.org/w/page/coworkingcamp2