Manage it!

Manage it! is a book by Johanna Rothman published by Pragmatic Programmers. You probably know already Pragmatic Programmers, they published Agile Retrospectives by Esther Derby and Diana Larsen, and also Agile Coaching by Rachel Davies and Liz Sedley that my friend Fabrice Aimetti translated into French. If don’t know Pragmatic Programmers yet, I recommend a visit to their book shelf.

When I started the book, I have been surprised, badly, by the classic project management tone, and at the end, it is something I really appreciate in this book. Why ? Because it means that you can recommend this book to project managers and managers that are used to classic methodologies and classic work environments. And they will not think that you are trying to enrolled them into a sect.

Well, this book will not cover principles and values that make the culture of an organization, principles and values that can be reinforced or hustled during an agile adoption.

This book covers project management, as seen by project managers, program managers or managers, sometime as seen by team members. It covers the start of a project, the planning, life cycles, scheduling and scheduling games, estimation, creation of teams, steering, rhythm, meetings, dashboards, multisite projects, multiple projects, test integration, programs and portfolios, and of course project completion. With this short view of all the chapters, you can see what you can expect from this book. Recommendations are simple to understand, and argumentation could be useful to enrich your existing range.

I really like the way powerful questions were introduced, like :

  • What does success look like ?
  • Why are these results desirable ?
  • What is the solution worth to you ?
  • What problems does this system solve ?
  • What problems could this system create ?

I appreciate also the recommendation to introduce retrospectives in the project life cycles (and the way to insit not to call this a postmortem at the end, cause we hope that nobody will die during the project).

This book can be read fast (I read it in the plane on my way back from Red Hat Tech Exchange) and I believe that it can be a useful reference when you are ready to start a new project and to work on an existing one.

5 stratégies pour réussir votre projet informatique


Une belle promesse que fait Michael Krigsman de ZDNet (IT Project Failures) publié cette fois sur TechRepublic.com.

Quelles sont ces 5 stratégies pour que votre projet ne fasse pas parti des 2/3 de projets qui vont échouer ?

1- Répondre aux besoins métiers : En engageant une véritable conversation avec les métiers pour y chercher les orientations pour le programme d’actions IT.

2- Innover : En travaillant main dans la main avec les métiers, il faut savoir être prêt à accepter le changement, et adopter une culture d’amélioration continue.

3- Être honnête : Accepter ses faiblesses pour pouvoir mener des actions correctives. Le déni est la marque de fabrique des échecs.

4- Aligner les fournisseurs : Les projets informatique mettent en scène trois catégories d’acteurs, les clients, les fournisseurs de technologies et les sociétés de services. Leurs feuilles de route sont probablement divergentes, assurez-vous de mettre en place les relations qui vous permettront de maintenir vos fournisseurs dans le sens de votre projet.

5- Avoir un sponsor : Avoir un sponsor passionné par les résultats du projet, positionné au top de la hiérarchie.

Il me semble que tout le monde verra facilement l’intérêt de ces 5 stratégies… La question qui subsiste (et qui n’est pas traité dans l’article original) est bien sur : “Comment mettre en œuvre ces stratégies pour mon projet ?” et pour cela je suis prêt à vous aider ! (oui c’est de la pub 😉 )

Management et Outils Informatiques au service de la Performance Durable

20090126-gpiperf

C’est le titre de la conférence du lundi 26 janvier, organisée par les anciens élèves des Arts et Métiers, avec les interventions de Catherine Pamphile, Laurent Salsé et Georges Nurdin.

Catherine Pamphile comparait l’évolution des systèmes vivants et les organisations des entreprises en remarquant que celles-ci n’étaient que rarement capables de résister à l’imprévisible. Elle revenait sur la trinité Qualité, Coût, Délai en remarquant que la qualité devenait souvent la variable d’ajustement. Elle terminait par dire l’impérieuse nécessité d’utiliser les enseignements de d‘Edward Deming dans les entreprises et particulièrement dans les projets informatiques.

Laurent Salsé (FitNet) poursuivait par un autre parallèle avec l’Industrie, constatant que l’informatique d’aujourd’hui ressemblait beaucoup à l’industrie d’hier (début du 20ème siècle), ou tout était fait “à la main” sur la base d’une organisation “cloisonnée”. Quelle leçon pour l’informatique tirer de l’évolution de l’industrie, qui est passée par l’automatisation de certaines tâches et par une grande flexibilité des ateliers et des outillages.

Laurent décrivait la reconquête de l’ouest permanente que constitue les grands projets informatique. Il présentait les acteurs de ce film constamment rejoué :

  • le bon : Clint Excel, il est le roi de la macro, il fait des tableaux dans tous les sens pour que l’on puisse suivre le projet… Mais lorsqu’il part, épuisé par le projet, on perd tout…
  • la brute : Max Meeting, il réunit tout le monde, pour savoir ou on en est…
  • le truand : Jess Email, il n’utilise que l’email… Et si tu ne l’as pas lu, t’es en tort…
  • Sans oublier bien sur : John Word et Slide Power, qui eux aussi consacrent beaucoup d’énergie à la justification permanente…

Les échanges par mail entre les acteurs de documents word, excel et powerpoint sont représentés sur le schéma ci-dessous.

laurent-salse-fitnet-echangemailLe chef de projet est alors celui qui va coordonner les actions des différents acteurs…

Les coûts de transactions atteignant rapidement 60% du coût d’un projet [deux sources, un résultat : Laurent Salsé et le calcul d’une demande à 100 €… et le Boston Consulting Group]

La meilleure façon de réduire ces coûts de transaction passe par l’utilisation d’outillage informatique permettant de centraliser et partager l’information et permettant à chacun d’agir en transparence avec les autres acteurs…

C’est bien le rôle du management de répondre aux besoins des opérationnels de mettre en place une organisation permettant des échanges fluides, et une transparence qui permet aux acteurs d’agir en confiance.

A ce moment, je crois que Laurent Salsé aurait suscité encore plus d’applaudissements si il avait présenté une démonstration des produits de sa société !

La conférence se terminait par l’intervention de Georges Nurdin, qui présentait les 12 fondamentaux de la performance pérenne à l’international, à l’occasion de la sortie de son livre : International Business Control, Reporting and Corporate Governance: Global Business Best Practice Across Cultures, Countries and Organisations.

Les 12 fondamentaux sont (en anglais) : home grown management, core ideology, cult like culture, good is never enough, constructive culture, dna protection, acquisition integration, m&a organic balance, executive mixed origins, cross cultural hr, cross cultural marketing, geographic balance… J’ai conscience que cette liste n’apporte pas suffisamment d’information en elle même, sans les illustrations qui vont avec, comme par exemple Good is never enough, principe d’amélioration continue interrogeant sur la volonté d’une organisation à ne pas se contenter du bon, contrastant avec notre sagesse populaire : “le mieux est l’ennemi du bien”…

Cela m’a rappelé le livre de Jim Collins sur la performance globale (De la performance à l’excellence : Devenir une entreprise leader) ou est présenté les résultats d’études d’entreprises qui durent et les principes de management que l’on peut que l’on doit retenir.

PS : J’ai pris la photo en sortant de la conférence…