The DevOps Opportunity

Capture d’écran 2015-02-11 à 11.01.27In the beginning was the session of John Allspaw and Paul Hammond during the 2009 Velocity Conference, showing how cooperation between Dev and Ops at Flickr allows 10 deployments a day (Header image of this post is extract from this presentation, and it shows how Leonard Nimoy was important for us even if I started this post on February 6th and forget about it after…).
Following that, there was the first DevOpsDays conference in Gent at the end of 2009.
Behind the promise of reconciliation between evolution and stability objectives, reconciliation between devs and ops, some saw technological solutions enabling to shorten the lead time of go lives, and even to go live without human intervention.
Others saw the opportunity to realize the promise of the last 20 years of the agile movement (yes I start to count at the beginning of the discussions about the lightweight project management method and the emergence of XP… already 20 years…).

Capture d’écran 2015-02-11 à 10.58.37

Others questioned the skills that sys admin will need to acquire to be able to consider infrastructure as code.
Others imagined that the devs will need to change and acquire a good understanding of the behavior of their code in production, that they must integrate exploitation constraints into their code, like the ability for their apps to react to failure, to scale in or scale out, the ability to update or upgrade without services interruption…
Others thought that the change should be from the entire system, that we need to reconsider the way we envision software evolution, and information system evolution, looking at it feature by feature – using not only the idea of Minimal Viable Product (MVP) at the beginning of a project but the idea of Minimal Marketable Feature (MMF) during all the lifecycle of our information systems.
Others thought that cloud technologies was an enabler to our way to envision information systems, and obviously others are working on those technologies to enable those transformations.
Others argued that if they want to recruit new people in their team they need to transform their organization because new generations will not accept the constraints of silos that prevent collaboration.
All those point of views demonstrate the complexity of the devops subject and the impact on different domains in the organization: tools, method, organisation and culture.
It was really interesting to observe the diversity of all those views during the Devops CIO’s breakfast organized by Red Hat in Paris on February 6th, my role was to shed some light on the subject and to facilitate the discussion between participants.
Now that eNovance is part of Red Hat, the challenge to transform organization’s culture (internally and externally) continue with the Red Hat Cloud Innovation Practice and the size effect and open source culture allows exiting discussions with my peers.
Red Hat Cloud Innovation Practice

Chief Agility Officer

Des entreprises Agiles ?

Salesforce.com a été fondée en 1999. Elle est introduite en bourse en 2004 et lève plus de 100 millions de dollars. Ce premier épisode peut être considéré comme un très beau parcours. En 2007, Salesforce.com est positionnée comme «leader» sur le quadrant magique de Gartner de son domaine et toujours en 3ème position du classement Forbes des entreprises en forte croissance. Toujours un succès donc…
Reprenons le film de ces 8 premières années vu de l’intérieur. Il y avait initialement 3 personnes à la R&D et 4 versions majeures par an. 7 ans plus tard, plus de 200 personnes à la R&D, plus qu’une seule version majeure par an, et le nombre de fonctionnalités délivrées par équipe décroit. Les principales causes sont un manque de visibilité par tous les acteurs à toutes les étapes du processus, des feedbacks tardifs à la fin du cycle de livraison. Le cycle de version est de plus en plus long et imprévisible. La productivité par équipe décroit au fur et à mesure que les équipes grandissent.
La situation en cette fin d’année 2006 est critique. La décision est prise de mener une transformation radicale vers l’agilité. Cette transformation se fera sur les premiers mois de 2007 et conduira à un renversement complet de la tendance avec 60 fonctionnalités critiques délivrées dans le 9 premiers mois de l’année.
L’organisation et les méthodes mises en oeuvre prennent racines dans les valeurs et principes des méthodes agiles.
Ce que l’on retire de l’histoire de Salesforce.com, c’est que même avec une idée excellente sur un très bon marché, le destin d’une startup, innovante et rapide au départ, peut l’amener à devenir une organisation sclérosée, incapable d’innover et de délivrer à court terme.
Spotify est une autre illustration de l’apport de l’agilité à la croissance d’une entreprise. Spotify a doublé son nombre de clients en passant de 3 millions à 6 millions au cours des 12 derniers mois. Ils ont également doublé le nombre d’utilisateurs de leur service en passant de 15 millions à 30 millions sur la même période. Avec une équipe actuelle de 300 développeurs, ils peuvent continuer de faire grandir leur base de client et relever de nouveaux challenges, comme : «doubler le nombre de fonctionnalités offertes aux utilisateurs cette année».
L’étude du BCG «transactions en confiance» a montré que plus de 60% des coûts ajoutés par les entreprises et leurs clients sont des coûts de transaction… des coûts qui disparaitraient si l’on travaillait seul… ou qui sont considérablement réduits lorsque l’on s’attache à revoir les modèles d’organisation produisant ces coûts. Cela peut-être une première base pour évaluer les bénéfices de la mise en oeuvre de l’agilité, en se donnant comme objectif de réduire ces gaspillages qui représentent 6 personnes sur 10 dans les organisations classiques.
Mais le bénéfice induit par un mode d’organisation permettant l’expression des talents de l’entreprise est bien plus important en terme de fidélité, de réactivité, de créativité et d’innovation. Les entreprises de ce type étant tellement plus performantes (x100) que leurs concurrentes sur le long terme (comme NovoNordisk comparée à Lilly ou Pfizer, Canon comparée à Xerox ou Kodak).

eNovance

eNovance est positionnée sur un marché en pleine mutation. Tous les voyants sont au vert pour que l’entreprise devienne un leader international, en conservant sa capacité à délivrer rapidement ainsi que sa capacité à pivoter en anticipant les évolutions du marché.
eNovance dispose aujourd’hui d’atouts considérables pour réussir dans cette voie. Les premiers d’entre eux sont la maîtrise et l’autonomie des personnes présentes. L’autre atout est l’existence d’un but plus élevée que l’entreprise elle-même : le logiciel libre (vous reconnaitrez ici les Autonomy, Mastery, Purpose proposé par Daniel Pink dans Drive ou dans son TED talk)
Ces 3 éléments combinés entre eux constituent un formidable moteur de motivation pour les personnes.

Agile

Introduire l’agilité à tous les niveaux de l’organisation permettra de construire une entreprise en capacité de répondre rapidement au changement, de s’adapter en continu, de délivrer rapidement de la valeur à ses clients.
En étant Agile, eNovance sera en capacité de proposer à ses clients des produits et des services agiles, et les accompagner dans leur transformation d’organisation.
C’est pour créer et nourrir cette culture de l’agilité dans toute l’organisation que j’ai rejoins eNovance en tant que :

Chief Agility Officer

Un agiliste positionné au “C-Level” d’une entreprise ?

Ce n’est qu’appliquer une des recommandations qu’a émise l’un des signataires du manifeste agile, Jim Highsmith : “Where an organisation has a strategic goal of business agility, such as Google, then Agile practices need to become part of the organisational DNA.  He [Jim Highsmith] recommends the creation of a senior role of “Chief Agility Officer” tasked with creating and nurturing an Agile culture that pervades the whole organization. “ from the article of  Shane Hastie . Jim Highsmith is one of the original writer of the Agile Manifesto.)

Le Chief Agility Officer agit avec chaque personne pour développer une organisation favorisant l’autonomie, la responsabilité, la collaboration, l’amélioration continue et le développement des talents.

Et ainsi avec des eNovancers heureux, construire le Netflix ou le Spotify du Cloud 🙂

 

 

 

La photographie d’illustration est de violetagk

Informatique en nuages

LoicDachary-Openstack

Vous posez-vous la question : “Qu’est-ce que le cloud ?”

La conférence donnée par Loic Dachary sur Openstack, informatique en nuages et société vous apportera un excellent éclairage !