Google+

En quelques jours, Google+ a provoqué une avalanche de messages dans ma boite aux lettres : notifications, invitations etc… montrant si cela était nécessaire l’engouement suscité par la nouvelle création du géant de l’exploitation de données comportementales.

Google+ n’apporte pas de nouveautés sur les principes de fonctionnement par rapport aux agrégateurs qui l’ont précédés : hi5, Orkut ou Facebook bien sur. C’est de la centralisation de données personnelles que vient la valeur pour les utilisateurs… et bien sur pour celui qui détient une vue globale des données comportementales et du graphe social des liens entre les utilisateurs du réseau.

A ce niveau, la catégorisation par « cercle » des contacts de chaque utilisateur va apporter une information complémentaire probablement très utile à exploiter à des fins marketing…

Bien sur, une autre option est de construire un système pair à pair permettant d’assurer le même partage d’information « entre amis » sans échanger ce service contre la cession des données statiques et dynamiques nous caractérisant… Le problème à résoudre ? Le financement… Car dans ce cas, il n’est plus question de financer le logiciel par l’exploitation des données…

Pour aller plus loin, vous pouvez regarder un projet comme diaspora ou vous intéresser à ce que fait status.net avec identi.ca par exemple…

 

Intelligence aux extrémités

Cette interview, « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel », de Benjamin Bayart, président de FDN (French Data Network), le plus vieux fournisseur d’accès Internet français publié dans Ecrans le 6 février 2009 que je vous recommande me rappelle une discussion en marge du dernier barcamp e-reputation

Discussion avec un fabriquant de box (ces boitiers qui servent de modem ADSL ou bien plus !) :

Question : Pourrait-on insérer dans les box existantes des fonctionnalités complémentaires : serveur web, serveur d’identité, élément de base permettant de mettre en place un réseau social distribué, élément de base pour pouvoir gèrer une monnaie complémentaire de pair à pair…

Réponse : oui… mais les opérateurs actuels seraient plutôt frileux de perdre leur maîtrise de leurs box ainsi que leur suprématie sur les services accessibles sur le réseau… et il faudrait payer le supplément de mémoire ou de puissance… deux secondes de réflexion pour compléter… Tu pourrais envisager de créer une box complémentaire (à l’image de la FON) qui offre ce service de gestion d’identité (qui conserve les liens avec tes contacts et qui évitent donc d’avoir un serveur centralisé type linkedin, facebook etc…), qui soit le serveur de messagerie, d’agenda, de photos, et bien plus encore…

Tous les services de la famille (ou de la petite entreprise) en maîtrisant la distribution d’informations personnelles…

Chiche ?

La « box » sur la photo est juste une lumière… mais c’est un début 😉

Camarade de classe

Camarades de classe est un roman de Didier Daeninckx paru début 2008. Ce n’est donc pas l’actualité qui motive cet article, mais bien le thème abordé : les réseaux sociaux, l’usage de ces réseaux, les questions sous-jacentes que soulève cet usage sur notre identité et les traces numériques de nos actions témoins (gênants ?) de notre évolution.

Camarades de classe commence par une indiscrétion, Dominique prend connaissance d’un message électronique qui ne lui était pas destiné, et décide d’usurper l’identité du destinataire afin de répondre à ce message.

La suite du roman a interrogé mon usage des réseaux sociaux, mes « amis » du monde numérique, ceux du passé ou du présent. Je me suis posé des questions sur les empreintes laissées dans le passé qui au lieu de sombrer dans l’oubli sont « googler » en 0.17 secondes [essayez donc avec votre nom].

Les traces de jeunesses sont pour les autres bien sur, les plus jeunes, pour moi les imbécilités que j’ai pu écrire dans le journal des élèves sont du passé, et personne, et c’est heureux, n’a eu l’idée de prendre en charge l’archivage numérique de ces fines créations ! [j’en ai retrouvé un exemplaire lors du dernier déménagement, 15 ans après cela me fait quand même sourire…].

Mais les traces d’aujourd’hui, celles que je laisse avec cet article par exemple, en ajoutant un commentaire sur un site, en utilisant un moteur de recherche, en envoyant un message… quelles en seront l’usage, lorsque la puissance de calcul disponible aura été multipliée par 1000 [puissance multipliée par 2 tous les 18 mois selon Moore].

Toutes ces interrogations, je les balaye généralement rapidement, préférant contribuer à construire des objets utiles avec d’autres enthousiastes exploitant le potentiel de ces mises en réseaux dans la réalisation d’objectifs communs. Mais…

[Pour approfondir le sujet de l’identité, vous pouvez visiter identitesactives.net]