Open Innovation

Ce 12 juin 2014, une annonce d’Elon Musk, le CEO de Tesla Motors, est venue secouer l’écosystème automobile.

L’annonce titrée : All Our Patent Are Belong To You, déclarait que toute la technologie développée et brevetée par Tesla,  était à présent disponible pour qui voudrait l’utiliser, de bonne foie, dans l’esprit des projets Open Source.

Je n’ai pas encore vu si cette annonce allait être suivi d’une ouverture plus forte des travaux de Tesla, avec peut-être des possibilités de contributions d’autres acteurs du domaine, sur une plate-forme ouverte, avec la mise en place de licence Open Source… Mais ce premier pas est déjà énorme.

Cette annonce a reçu une pluie de commentaires positifs et attiré aussi des détracteurs expliquant que l’intérêt de Tesla n’était pas qu’altruiste puisqu’ils tireraient bénéfices de cette ouverture en faisant émerger leurs solutions comme des standards.

J’apprécie évidement que ces commentaires fassent ressortir un des bénéfices d’une approche Open Source. Celui de faire que les contributeurs à une solution, plutôt que de gaspiller de l’énergie à se combattre à coup d’incompatibilités, fassent émerger des standards permettant de mutualiser les ressources.

En tant qu’utilisateur, je serai très heureux de pouvoir brancher mon auto sur n’importe quel système de n’importe quelle marque.

J’en profite pour mettre en avant deux articles, le premier du CEO de Red Hat tirant son chapeau à Tesla, le second dans OpenSource.com revenant sur les réactions variés suite à l’annonce.  Et dans le premier, Jim Whitehurst parle aussi d’eNovance

 

Le choix du titre de l’annonce est plutôt drôle n’est-ce pas ? Si vous vous demandez pourquoi, jetez un oeil à cela : All Your Base Are Belong To Us.

Libre vs Privateur

Un titre en guise de clin d’oeil à mes amis les Gnus (http://www.gnu.org) ! Beaucoup auraient dit « Libre VS Propriétaire », mais cette formulation impropre n’aurait probablement pas été plus explicite.

De quoi parlons-nous dans cette conversation
avec Nick Barcet ?

Nous parlons de la comparaison entre logiciel libre et logiciel privateur en terme de nombres de fonctionnalités disponibles. Si l’on observe la période de 1990 à 2010, on peut dire que les fonctionnalités qui apparaissent en logiciel libre sont majoritairement du rattrapage par rapport à des fonctionnalités existantes ou se créant en logiciel propriétaire.

Le point de bascule survient en 2010, où la majorité des innovations dans le domaine logiciel, apparaissent dans le logiciel libre (comme Hadoop (http://fr.wikipedia.org/wiki/Hadoop) ou Openstack (http://fr.wikipedia.org/wiki/OpenStack) par exemple). La tendance est alors inversée et l’on voit des sociétés éditants des logiciels privateurs essayer de s’accrocher aux innovations provenants des logiciels libres.

Et plus loin ?

Le modèle d’innovation ouverte du logiciel libre ayant démontré son efficacité, on est tenté d’annoncer le décrochage du logiciel privateur et sa progressive disparition, que nous fixons pour des raisons plus esthétiques qu’autres choses à 2030 sur ce schéma…

J’avoue publier cela avec un sourire aux lèvres… Et j’aimerais bien savoir ce que vous en pensez, peut-être pour voir si il serait intéressant de continuer !

 

 

1
Nick Barcet est un acteur important du logiciel libre, il vient de rejoindre eNovance (
http://www.enovance.com/) après avoir été pendant 5 ans responsable du produit Ubuntu Cloud chez Canonical.