Open Innovation

Ce 12 juin 2014, une annonce d’Elon Musk, le CEO de Tesla Motors, est venue secouer l’écosystème automobile.

L’annonce titrée : All Our Patent Are Belong To You, déclarait que toute la technologie développée et brevetée par Tesla,  était à présent disponible pour qui voudrait l’utiliser, de bonne foie, dans l’esprit des projets Open Source.

Je n’ai pas encore vu si cette annonce allait être suivi d’une ouverture plus forte des travaux de Tesla, avec peut-être des possibilités de contributions d’autres acteurs du domaine, sur une plate-forme ouverte, avec la mise en place de licence Open Source… Mais ce premier pas est déjà énorme.

Cette annonce a reçu une pluie de commentaires positifs et attiré aussi des détracteurs expliquant que l’intérêt de Tesla n’était pas qu’altruiste puisqu’ils tireraient bénéfices de cette ouverture en faisant émerger leurs solutions comme des standards.

J’apprécie évidement que ces commentaires fassent ressortir un des bénéfices d’une approche Open Source. Celui de faire que les contributeurs à une solution, plutôt que de gaspiller de l’énergie à se combattre à coup d’incompatibilités, fassent émerger des standards permettant de mutualiser les ressources.

En tant qu’utilisateur, je serai très heureux de pouvoir brancher mon auto sur n’importe quel système de n’importe quelle marque.

J’en profite pour mettre en avant deux articles, le premier du CEO de Red Hat tirant son chapeau à Tesla, le second dans OpenSource.com revenant sur les réactions variés suite à l’annonce.  Et dans le premier, Jim Whitehurst parle aussi d’eNovance

 

Le choix du titre de l’annonce est plutôt drôle n’est-ce pas ? Si vous vous demandez pourquoi, jetez un oeil à cela : All Your Base Are Belong To Us.

Prenons de l’avance sur notre temps

semaine-innovation-marques-2014J’ai eu le plaisir d’être invité par les élèves de l’ISEG Marketing et Communication (MCS2) à débattre sur le thème de l’innovation avec Céline Patrier, fondatrice de OriginBy. Ce débat clôture la semaine innovation et marques organisée à Bordeaux.

Je souhaite remercier l’ISEG et les élèves pour l’organisation et pour l’accueil chaleureux. Un grand merci également aux animateurs

Clarisse Bodineau et Phillipe Rozier pour leurs prestations et leurs excellentes questions !

ideatweet Sévanne

Première question donc : il s’agissait de définir l’innovation, ou plus tôt de se positionner par rapport à la définition donnée par ce petit film diffusé en lancement de la conférence. Le tweet de @sevanneheaven résume bien mon propos : « L’innovation n’est jamais solitaire, on observe le monde autour de soi, on travaille ensemble pour aller plus loin ».

La question suivante se référait aux ressources nécessaires pour l’innovation outils ? machines ? méthodes ? interrogeaient les animateurs… Ce que nous avons besoin d’avoir pour innover, ce sont une grande diversité de personnes, regroupées dans des conditions favorables. Pour expliquer ce que peut signifier des conditions favorables, j’utilisais une caricature : enfermer quelqu’un dans un bureau et menacer le d’une sanction si il n’a pas innové dans l’heure…

Cela me permettait également d’expliciter l’organisation nécessaire pour favoriser la collaboration entre les personnes, la libération et le développement des talents, permettant la créativité et l’innovation… et donc de parler de mon rôle de Chief Agility Officer chez eNovance.

Tweet @GuillaumeCo

Une question sur les cycles d’innovation et les secteurs permettait d’évoquer quelques acteurs venant innover dans des différents secteurs comme le résume le tweet de @GuillaumCo : « @alexismonville nous a cité entre autre @enovance, @TeslaMotors, @ulule, @XeroxCorp, 1083 denim #innoviseg #Bordeaux » (Je précise que 1083, ce sont des jeans et des chaussures fabriquées en France, dont le démarrage a été financé en crowdfunding sur ulule)… Et j’ajoute que j’ai oublié de parler de Favi, une fonderie française qui innove dans la Somme depuis plus de 30 ans…

Capture d’écran 2014-02-13 à 08.25.32Une dernière question sur les innovations à venir, me permettait de pointer que le début d’année est une période propice aux classements, que cela pourrait être une bonne source pour observer ce que les autres trouvent innovant, avec le classement de FastCompany par exemple positionnant Google en tête probablement à cause de son investissement dans : « la fin de la mort »…

innovation-alexis-monville-celine-patrier

La photo est de @isabelmonville et l’idée de parler de la fin de la mort m’est venue car ma fille Emma a répondu candidement à ma question sur ce qui était important pour elle : la vie, la famille, les amis… C’est donc bien les domaine où il faut innover pour la prochaine génération 🙂

Libre vs Privateur

Un titre en guise de clin d’oeil à mes amis les Gnus (http://www.gnu.org) ! Beaucoup auraient dit « Libre VS Propriétaire », mais cette formulation impropre n’aurait probablement pas été plus explicite.

De quoi parlons-nous dans cette conversation
avec Nick Barcet ?

Nous parlons de la comparaison entre logiciel libre et logiciel privateur en terme de nombres de fonctionnalités disponibles. Si l’on observe la période de 1990 à 2010, on peut dire que les fonctionnalités qui apparaissent en logiciel libre sont majoritairement du rattrapage par rapport à des fonctionnalités existantes ou se créant en logiciel propriétaire.

Le point de bascule survient en 2010, où la majorité des innovations dans le domaine logiciel, apparaissent dans le logiciel libre (comme Hadoop (http://fr.wikipedia.org/wiki/Hadoop) ou Openstack (http://fr.wikipedia.org/wiki/OpenStack) par exemple). La tendance est alors inversée et l’on voit des sociétés éditants des logiciels privateurs essayer de s’accrocher aux innovations provenants des logiciels libres.

Et plus loin ?

Le modèle d’innovation ouverte du logiciel libre ayant démontré son efficacité, on est tenté d’annoncer le décrochage du logiciel privateur et sa progressive disparition, que nous fixons pour des raisons plus esthétiques qu’autres choses à 2030 sur ce schéma…

J’avoue publier cela avec un sourire aux lèvres… Et j’aimerais bien savoir ce que vous en pensez, peut-être pour voir si il serait intéressant de continuer !

 

 

1
Nick Barcet est un acteur important du logiciel libre, il vient de rejoindre eNovance (
http://www.enovance.com/) après avoir été pendant 5 ans responsable du produit Ubuntu Cloud chez Canonical.

Conférence 2012

Un regard sur mon planning de ce début 2012 et sur la sélection de conférences auxquelles je souhaitais participer… Pas vraiment compatible pour le 1er trimestre…

Aussi, je suis impatient de lire, d’échanger avec vous sur ce que vous aurez appris lors de :

Bonnes conférences à tous 😉

 

La photographie est de Irum Shahid

D’où viennent les bonnes idées

Une belle histoire pour motiver encore d’avantage l’existence de réseaux d’espace de coworking !

Lift11 : première journée

Arrivée à Lift juste avant le déjeuner, première impression très positive, les gens que je croise sont tranquilles et accueillants. Je déjeune avec une partie de l’équipe qui fait la régie, ce qui me permet d’apprendre pourquoi les micro-casques c’est si compliqué… et pourquoi il n’y en a pas en standard dans les salles de conférence (micro-omnidirectionnel, grande sensibilité, larsen, mauvaise qualité difficilement admissible, fragile…)

Je me promène dans l’espace démo, des étudiants sont en train de faire de la balançoire dans au milieu de l’espace de présentation des projets, distrayant 😉

Entrée dans la salle de conférence, pénombre, décors et éclairage de la scène coordonnée avec le slide de présentation des intervenants qui tourne sur une musique électronique. Les participants (Lifters) sont installés confortablement dans des fauteuils et disposent de tables pour poser leurs ordinateurs, de micro pour intervenir et de casques pour la traduction simultanée. Je me présente à mes voisins qui sont très accueillant eux aussi (ONU et Banque… pas ce que j’imaginais en venant… Il faut que je dépasse vite les idées préconçues ! ).

La session d’accueil des « participants venant pour la première fois à Lift » commence. Le fondateur et 4 liftosaures (des dinosaures de lift) viennent présenter pourquoi ils viennent et reviennent à Lift : la qualité des conférences bien sur, mais surtout l’ambiance la grande diversité de personnes que l’on peut rencontrer, que l’on doit rencontrer, en choisissant de partager avec ses voisins ses impressions. Lift apporte ainsi de nouvelles idées et de nouvelles rencontres ! Cela correspond parfaitement à mon objectif ! Parfait !

En route pour la conférence !

Don Tapscott commence la keynote d’ouverture en évoquant les récents événements en Tunisie et en Egypte pour montrer à quel point le monde a changé : les révolutions n’ont plus de leader, elles sont auto-organisées grace à la technologie permettant les interactions directes entre les personnes. Nous sommes à présent à un âge d’intelligence en réseau et il alors temps d’inventer les modèles permettant à cette intelligence en réseau de gouverner le monde !

Je retiendrais de l’intervention de Jean-Claude Biver sa suggestion de récompenser par une prime les erreurs, car l’innovation ne peut se produire qu’en prenant le risque de faire des erreurs.

David Galbraith a ensuite présenté le rôle des personnes dans l’évolution de l’Internet, présentant l’avantage des recommandations des personnes sur celles des robots, et montrant comment les évolutions des consommations produisaient un risque sur l’évolution du net et de sa neutralité.

Explain, not complain.

Ben Hammersley, probablement mon intervention préférée jusque là, engage la génération intermédiaire, à traduire aux plus agés ceux qu’ils ne peuvent comprendre de cette évolution des modèles d’organisation rendues possibles par l’Internet. Cette évolution que les plus jeunes, les digital natives, ont totalement intégré comme normale… Eux, ils ne comprennent pas que les plus vieux ne puissent comprendre ! Expliquer plutôt que se plaindre, car en Europe la majorité est constituée de ces plus agés, contrairement à d’autres pays ou les digital natives forment la majorité. Inspirant et drôle, bravo !

Open Stage pour Matthias Lufkens sur la twitplomacy, comment les dirigeants du monde utilisent twitter et interagissent entre eux, excellent !

Et premier break ! Go !
Café, pomme, discuter, jouer avec les détecteurs de mouvement, regarder des robots se promener !

Et c’est reparti avec Alexander Osterwalder et une présentation sur la structuration de la création d’entreprise par la systématisation d’exploration de business model. C’est une présentation de son livre Business Model Generation…

Dorian Selz est ensuite venu présenter l’application qu’il a fait lors de la création de plusieurs sociétés de modèle d’organisation dépassant le modèle classique du command and control, amusant cela rejoint une discussion que je viens d’avoir lors du break avec quelques lifters, je suis en terrain connu pour la cible, le chemin pour y parvenir me passionne…

Birgitta Ralston et Alexandre Bau sont ensuite venu présenter leur expérience de la création de la plate-forme de création Transplant en Norvège.

Yasmine Abbas enchaine avec une présentation sur les néo-nomades, et j’ai du un peu décrocher car je ne suis pas sur d’avoir bien compris le sens de son propos : un monde ou la mobilité choisie ou subie produit du stress et du gachi ? un monde à changer ?

La transformation d’organisation pour dépasser le modèle du commande et contrôle est évidement un terrain connu pour moi, une question dans les conversations « off » m’était posée. Cela doit être difficile à vendre car il faut trouver un client qui est réellement envie de changer et pas un qui ne veut se contenter que de cosmétique pour prolonger le status quo ? Hummm avec ce que j’ai appris aujourd’hui je dirais qu’il faut continuer à expliquer que l’on peut changer… et ne surtout pas rester à se plaindre de ceux qui ne veulent pas changer 😉

Les lifters se retrouve ensuite pour une soirée fondue très sympathique au cours de laquelle j’ai apprécié à nouveau les échanges et l’enthousiasme (et la fondue aussi oui 😉 )

CoworkingCamp

Venez inventer de nouveaux espaces de travail, de rencontre, de partage, d’innovation partagée ! Le CoworkingCamp se tiendra à Bordeaux le 19 novembre 2010 de 10h30 à 18h aux Terres Neuves à Bègles.

Ce sera bien sur l’occasion de rencontrer les autres personnes motivées par faire exister un espace de coworking à Bordeaux. L’occasion de découvrir ce qu’est un tel espace et ce qu’il peut apporter comme innovation et comme développement pour la région.

Un espace de coworking permet de disposer :

  • de bureaux personnels pour 1 mois, 2 mois, 3 mois, 5 mois, 8 mois, 13 mois…
  • de bureaux de passage pour une demi-journée, 1 journée, 2 journée…
  • de salles de réunion à la demande,
  • d’un espace de repos confortable entre 2 rendez-vous ou entre 2 sessions de travail favorisant les rencontres et l’émergence de nouvelles idées,
  • d’un espace pour organiser des événements rapidement et facilement,
  • d’une infrastructure permettant de diffuser ou capter des contenus en temps réel ou différé,
  • d’une connexion très haut débit à Internet,

Quels sont les bénéfices d’un espace de coworking ?

Le premier bénéfice apporté par un espace de coworking est la réduction de coût à supporter pour chaque personne utilisant l’espace apporté par la mutualisation de l’infrastructure, des bureaux, de l’accès Internet.

Le deuxième bénéfice est l’amélioration de la qualité de l’environnement qui peut être plus sympathique, plus grand que si chacun devait financer l’intégralité seul.

Mais au delà de ces premiers bénéfices, un espace de coworking permet de rompre la solitude des indépendants, des créateurs et des dirigeants d’entreprises, des spécialistes ou experts d’un métier qui peuvent se trouver isolés dans leurs organisations. Les rencontres fortuites, lors des pauses, des événements, ou par les mises en relation effectuées par les animateurs de lieu, permettent le partage d’expériences et l’émergence de nouvelles idées par le croisement de personnes exerçant le même métier, ou au contraire exerçant un autre métier, dans le même domaine, dans un domaine connexe ou dans un domaine inconnu.

Inscrivez-vous !

http://barcamp.org/w/page/coworkingcamp2