Le but d’une entreprise est de faire de l’argent… ou pas

La semaine passée, j’ai répété une session sur l’évolution des organisations, des méthodologies et des technologies de l’information avec des personnes du bureau de Red Hat à Montréal. Un grand merci à eux pour leurs retours essentiels ! Même si le titre Devops and Bimodal IT, j’ai choisi de présenter les racines de l’évolution des organisations, des méthodologies, ainsi que les impacts courts et long termes sur les entreprises.

timeline

J’ai utilisé une ligne de temps sur laquelle j’ai progressivement élargie l’échelle pour montrer certains événements importants, comme l’implication de Deming dans la reconstruction de l’industrie japonaise, l’article le nouveau dévelopement de nouveaux produits de Takeuchi et Nonaka, ou La machine qui a changé le monde : l’histoire de la production lean par Womack et Jones.

A la fin de la présentation, nous discutions de l’importance de la clarté de la vision et des buts de l’entreprise. Une question émergea qui déclancha une conversation animée : « Quel est le but des entreprises agiles ? ».

Cette question appela une réponse définitive de l’un des participants : « Le but des entreprises est de faire de l’argent. »

Et la discussion commença…

Avec des opinions comme : « les autres buts affichés ne le sont que pour dissimuler le but principal qui est de faire de l’argent… » ou bien « de bonnes intentions, mais si l’on regarde ce que les entreprises mesurent, on voit bien que le but principal est l’argent »… et ainsi de suite…

J’ai tenté de pousser mon point de vue que l’argent n’était qu’un effet secondaire produit dans la recherche d’un but plus élevé pour les entreprises opérants avec un autre modèle que « faire de l’argent ». Et que cela fonctionnait très bien pour ces entreprises… Les personnes ne semblaient pas toutes convaincues… Encore du travail à faire à ce sujet 😉

Image d’entete par Jericho [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

The Money Myth

Regardez cette intervention de Jim Bendel lors de TEDxTransmedia et posez également la question autour de vous : d’ou viens l’argent ?

Cette illustration trouvée dans Manière de Voir pourra vous aider :

Vous pouvez également regarder le film de Paul Grignon : L’argent dette.

De la monnaie…

La théorie relative de la monnaie de Stéphane Laborde explicite l’histoire de la monnaie depuis sa création jusqu’à nos jours et propose une nouvelle approche pour la création monétaire.

Le système monétaire 1.0, est celui à valeur de référence, l’or par exemple. Dans ce système la quantité physique d’or disponible défini la masse monétaire. Le manque de transparence dans la création de la monnaie et à propos de la quantité d’or disponible a conduit à des créations abusives de monnaie ou des raréfaction alors même que des échanges auraient été possibles entre les acteurs économiques.

Le système monétaire 2.0, est celui de l’argent-dette. La création de monnaie se fait par endettement d’un premier acteur, les banques, ce qui va permettre à d’autres acteurs économique de s’endetter auprès de ce premier. Cette inégalité dans la création monétaire favorisant une catégorie d’acteurs économiques au détriment de tous les autres conduit aux dysfonctionnements faisant notre quotidien et devenant criant à chaque «crise».

La solution a ces problèmes de références arbitraires ou d’inégalité devant la création monétaire est apportée par l’auteur par la proposition de mise en place d’un système monétaire 3.0. Dans le système monétaire 3.0, la création monétaire est continue et elle est distribuée entre tous : elle ne privilégie donc pas un acteur par rapport à un autre. Ce système exige une transparence dans la quantité de monnaie en circulation et dans la quantité de monnaie créée chaque année. Cette quantité est fixée en regard de l’espérance de vie, par exemple 5% pour une espérance de vie de 80 ans.

Dans le système 3.0, on ne peut prêter que ce que l’on a, et le taux d’intérêt ne peut en aucun cas être supérieur au taux de création de monnaie. Ceci semble une évidence puisque, dans le cas contraire, il n’y aurait pas assez de monnaie en circulation pour rembourser tous les prêts (capital + intérêt).

L’auteur propose alors deux approches pour une mise en place immédiate de ce système à dividende universel, ou à revenu d’existence.

Simple et efficace, cet ouvrage est à recommander à tous ! Vous pouvez le trouver sur : www.creationmonetaire.info

 

Mise à jour juin 2011 : sortie de la version 2.0