Intelligence aux extrémités

Cette interview, « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel », de Benjamin Bayart, président de FDN (French Data Network), le plus vieux fournisseur d’accès Internet français publié dans Ecrans le 6 février 2009 que je vous recommande me rappelle une discussion en marge du dernier barcamp e-reputation

Discussion avec un fabriquant de box (ces boitiers qui servent de modem ADSL ou bien plus !) :

Question : Pourrait-on insérer dans les box existantes des fonctionnalités complémentaires : serveur web, serveur d’identité, élément de base permettant de mettre en place un réseau social distribué, élément de base pour pouvoir gèrer une monnaie complémentaire de pair à pair…

Réponse : oui… mais les opérateurs actuels seraient plutôt frileux de perdre leur maîtrise de leurs box ainsi que leur suprématie sur les services accessibles sur le réseau… et il faudrait payer le supplément de mémoire ou de puissance… deux secondes de réflexion pour compléter… Tu pourrais envisager de créer une box complémentaire (à l’image de la FON) qui offre ce service de gestion d’identité (qui conserve les liens avec tes contacts et qui évitent donc d’avoir un serveur centralisé type linkedin, facebook etc…), qui soit le serveur de messagerie, d’agenda, de photos, et bien plus encore…

Tous les services de la famille (ou de la petite entreprise) en maîtrisant la distribution d’informations personnelles…

Chiche ?

La « box » sur la photo est juste une lumière… mais c’est un début 😉

Le droit à la fibre, les enjeux du projet de loi Très Haut Débit

C’est le thème de la table ronde organisée par le Club Sénat le 15 mai 2008.

Le Sénateur Bruno Retailleau, membre de la commission sur le dividende numérique (libération de fréquences hertzienne par l’extinction de la télévision analogique) présentait les enjeux du projet de loi sur la modernisation de l’économie.

Maxime Lombardini, Directeur général du groupe Iliad (Free), abordait le point de vue de l’opérateur « alternatif » sur la mise en place du réseau (demande de règlementation, demande de régulation, quatrième licence « mobile »…)

Dominique Roux, Président de Bolloré Télécom, professeur à l’université Paris-Dauphine, après avoir interrogé sur ce qu’était le très haut débit (à partir de combien on ajoute « très », cela doit être plus que 100 Méga, débit déjà offert par le cable) posait la question de l’intérêt (quels services offerts) et de l’économie d’un tel projet. En tant qu’opérateur de haut débit mobile (wimax) la question de l’alternative à la fibre pour les zones ou la densité de la population rend économiquement peu viable l’installation de fibre était évidement d’importance. Surtout qu’elle apporte l’atout de la mobilité !

La question de la mutualisation de l’infrastructure a été abordée sous plusieurs angles :

  • celle du fil de cuivre – réalisée avant – qui permet à une bonne partie du pays de bénéficier du haut débit,
  • celle de la fibre, sous l’angle « n’est-ce pas ridicule de devoir passer 5 fibres dans la même rue »,
  • celle de la fibre encore car les propriétaires et gérants d’immeuble s’inquiètent de la non-mutualisation dans l’immeuble,
  • celle des infrastructures mobiles, sur le thème « il n’y a pas de place pour un nouvel entrant » les infrastructure sont trop couteuse à déployer…

Sous un angle « écologique » déployer plusieurs fois des infrastructures similaires me semblent très négatif… Le problème est bien de confier à un acteur la mise en oeuvre d’une infrastructure mutualisée et de s’assurer que l’on puisse réellement batir des offres de services concurrentes sur cette infrastructure…